11/02/2018

Calendar

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page
Mar
12
lun
Prendre le large, aller-retour : croisière poétique
lundi 12 mars à 19h30

 

Embarquez pour une croisière nocturne sur le Léman consacrée aux derniers souffles de vie en poésie. Conférence et lectures : un événement insolite et saisissant pour franchir les frontières en aller-retour.

Aux confins du territoire, un lac sépare les rives. Plath, Celan, Pavese, bon nombre de poètes ont pris le billet sans retour et, d’un geste, ont mis fin à leurs jours. Dans l’intimité d’un salon privé du fleuron de la CGN, venez entendre leurs derniers poèmes, étranges de beauté et d’intensité. Cette soirée poétique insolite sur le lac Léman s’inspire de la thématique du spectacle Luxe, calme de Mathieu Bertholet, présenté au Théâtre Vidy-Lausanne. Avec la participation de l’équipe du spectacle qui en partagera des extraits, et du professeur Laurent Jenny qui inaugurera cet aller-retour singulier par une conférence sur les surréalistes.

Avec Laurent Jenny, Manon Krüttli et les comédiens de Luxe, calme : Julien Jacquérioz et Fred Jacot-Guillarmod.
Organisé par le Printemps de la poésie, le Théâtre Vidy-Lausanne, La Cie MuFuThe, la Section de français (UNIL), et la CGN.
Bateau « Lausanne », Quai d’Ouchy, Lausanne.

19h20 embarquement, quai 4 | 19h30 départ du bateau | retour à Lausanne : 21h20. Durée : 1h50. Possibilité de consommer des boissons à bord.
Prix de la croisière : 25.- à payer sur place.
Réservations conseillées à l’adresse email : reservation@vidy.ch

Cette soirée est proposée en partenariat avec la Cie MuFuThe et le Théâtre Vidy-Lausanne dans le cadre de la création de Luxe, calme, écrit et mis en scène par Mathieu Bertholet, présenté à Vidy du 8 au 18 mars dans le cadre du festival Programme Commun (programme-commun.ch et vidy.ch). Ce spectacle est lauréat du concours Label+ théâtre romand 2016, soutenu par ThéâtrePro Valais, la Fondation Pro Helvetia, la Société Suisse des Auteurs, le Pourcent culture Migros et le Fonds d’encouragement à l’emploi des intermittents genevois (FEEIG). Il est produit par la Cie MuFuThe et le Théâtre Vidy-Lausanne, coproduit par le Théâtre Populaire Romand, le Théâtre de Valère et la Comédie de Genève.

 

     

Mar
13
mar
« Flash Rap » – Démo par les rappeurs du Centre des Jeunes
mardi 13 mars à 17h00 – 19h00

Le rap : la nouvelle poésie ? Dans ces tranches de vies urbaines, pas d’états d’âme ou de paroles inutiles, mais le témoignage urgent d’une jeunesse déconsidérée dans une société dépassée.

Les rappeurs abordent sans pudeur les spectres du 21ème siècle, drogue, sexualité, argent, rupture etc. En fracturant la syntaxe, en métissant le vocabulaire, en triturant la grammaire, les rappeurs arment l’expression directe de la parole urbaine, le paradis des mots que l’on assène comme des uppercuts pour rendre compte d’une réalité sociale. C’est l’essence même de leur art.

La médiation culturelle du Secteur jeunesse de la commune d’Ecublens voit l’art comme un moyen de se construire librement. Elle offre un espace où les jeunes sont créateurs et acteurs. Un espace libre dans lequel les adolescents sont acceptés tels qu’ils sont, sans attentes, à part celles qu’ils souhaitent avoir d’eux-mêmes.

 

Rendez-vous vigneron : « Réécrire la tradition »
mardi 13 mars à 17h00

En prélude aux festivités veveysanes de 2019, rencontrez les deux librettistes de la Fête des Vignerons, Stéphane Blok et Blaise Hofmann, puis découvrez leur lecture-spectacle à la Grange de Dorigny-UNIL.

Stéphane Blok et Blaise Hofmann sont artistes associés de la Grange de Dorigny-UNIL jusqu’à fin 2018, l’occasion de réunir universitaires et artistes autour d’un thème, pour une « conversation modérée ».

Cet événement sera suivi d’une lecture spectacle des deux librettistes à 19:00.
Réservation sur grangededorigny.ch ou au 021 692 21 24.
Atelier : ces mots qui nous blessent
mardi 13 mars à 18h30 – 20h30
Atelier : ces mots qui nous blessent @ Maison citoyenne | Meyrin | Genève | Suisse

Atelier avec la poétesse Marina Skalova. Mettre en poésie les mots qui nous ont blessé, les retravailler de manière créative, se les approprier et en faire quelque chose de beau.

Le but est d’amener les habitants à s’interroger sur l’existence du racisme au sein de leur quartier, sur les préjugés « ordinaires » qui font partie du quotidien. En amenant à participer un public éloigné du monde de la poésie et qui n’a pas souvent la possibilité de s’exprimer, ce projet souhaite mettre « les marges au centre ».

Cet atelier est pensé en deux temps, avec un premier rendez-vous le 6 mars de 14h00-16h00 à l’Espace 1 du Forum Meyrin. Finalement, une soirée conviviale de restitution publique aura lieu le 21 mars, journée mondiale de la poésie et en plein pendant la Semaine contre le racisme, afin de partager ce qui a été produit et clôturer le processus créatif et réflexif.

Ecritures des ciels
mardi 13 mars à 19h30

 

Un récital fraternel à deux voies entre deux magnifiques poètes et voyageurs : Alain Borer également spécialiste mondialement reconnu de Rimbaud et André Velter, initiateur du Printemps des poètes en France.

Alain Borer et André Velter, quand ils ne sillonnent pas les ciels, ces deux grands voyageurs restent tête en l’air, en quête d’ailleurs perpétuels, et si ces deux poètes se posent à Genève (où l’un d’entre eux, le rimbaldien, a toutes ses attaches, l’autre, le poète des souffles, cavalant de Séville à Oulan-Bator), pour un récital fraternel à deux voies – c’est entendre à travers leurs écrits plus loin encore… Car depuis les arpenteurs de désert et d’altitude qui bivouaquèrent sur le tracé incertain des frontières de Haute-Asie et les poètes qui se risquèrent sur les pentes du Mont Analogue, il est un Grand Jeu d’échos irrémédiables, joyeux pourtant, qui témoignent sans cesse que la poésie sans la vie n’est pas la poésie.

Alain Borer : Rimbaud en Abyssinie (Seuil, 1991), De quel amour blessée, réflexions sur la langue française (Gallimard, 2014), André Velter : L’Arbre-Seul (Poésie/Gallimard), Les Solitudes (Gallimard, 2017)

En présence de sept leporellos créés par :

Alain Borer
Siripoj Chamroenvidhya en duo avec Vahé Godel
Brigitte Crittin avec un poème de François Cheng
Pierre Ferrarini avec des textes de Henri Michaux et Michel de Montaigne
Marie-Dominique Kessler en duo avec Alain Borer et avec André Velter
Christelle Montus avec un poème de Charles Baudelaire

 

The Sacred Word : a Conversation about Poetry and the Spirit
mardi 13 mars à 19h30

Conversation entre un grand poète écossais et une écrivaine prêtre anglicane autour de la poésie comme spiritualité brute. Suivie de la projection d’un biopic sur Emily Dickinson. Une soirée en anglais.

La poésie a-t-elle perdu sa capacité à inspirer les hommes et à sacraliser le monde ? Le poète et musicien de jazz Don Paterson et l’auteure et prêtre anglican Marie-Elsa Bragg exploreront le rôle du rituel poétique à l’ère digitale. La soirée se poursuivra avec la projection en première suisse du film de Terence Davies, A Quiet Passion (2016) qui retrace la vie de la poétesse américaine Emily Dickinson.

Avec Don Paterson, Marie-Elsa Bragg et la prof. Kirsten Anne Stirling (UNIL).
Organisé par la Section d’anglais (UNIL) et le Cinéma CityClub.

Prix de la soirée : 15.- tarif plein, 12.- tarif réduit, 10.- tarif membre.

 

 

  

Concert : « Entends la joie et son doux rire d’amante »
mardi 13 mars à 20h00
Concert : "Entends la joie et son doux rire d'amante" @ Espace culturel de la FARB | Delémont | Jura | Suisse

Un concert de musique de chambre où la voix parlée s’insère dans l’ensemble instrumental, pour rendre hommage à la poète jurassienne Françoise Matthey. Dans le cadre du prix Pierre Jean Jouve.

Dans le cadre de la création Suisse du prix Pierre Jean Jouve de composition musicale 2018, l’Ensemble In & Out sous la direction de Thierry Ravassard et la comédienne Sylvia Bergé rendent un hommage musical et poétique à la poète jurassienne suisse Françoise Matthey

Ce concert de musique de chambre fera la part belle au Musicodrame, forme musicale incluant une voix parlée au sein d’un ensemble instrumental. Au programme des oeuvres contemporaines et romantiques de Charles Gounod, Mèl Bonis, Isabelle Aboulker, Yves Prin et Robert Pascal, compositeur lauréat du Prix Pierre Jean Jouve de composition 2018. (concert en présence du poète et du compositeur lauréat)

Programme :

• Robert Pascal / Françoise Matthey : « d’une fertile vacuité », musicodrame pour voix parlée, soprano, violoncelle, accordéon et piano (création mondiale)
• Yves Prin / Françoise Matthey : « La ballade du Balbuzard amoureux » pour harpe celtique et bande magnétique (création suisse)
• Charles Gounod : deux mélodies pour soprano et piano
• Mèl Bonis : mélodie pour harpe, violoncelle et soprano
• Enrique Granados : création de la transcription pour accordéon et piano du Quintette en sol mineur (création suisse)
• Isabelle Aboulker / Marie Curie : « Mon Pierre que je ne reverrai plus… », musicodrame pour une comédienne et un pianiste.

Interprètes :

Ensemble In & Out, avec Sylvia Bergé, comédienne, Manon Pierrehumbert, harpe celtique, Virginie Pochon, soprano, Mélanie Brégant, accordéon, Anne Gabrielle Lia-Aragnouet, Thierry Ravassard, direction et piano.

 

Mar
14
mer
Récits et lectures dansées
mercredi 14 mars à 19h00

Mara Vinadia, danseuse et thérapeute, vous propose un voyage tissé de lectures de textes, de poésies, de danse, de mots dansés, et de témoignages. Ondes de rêverie, d’humour et de philosophie.

Mara Vinadia, artiste et pédagogue du mouvement, défriche et cultive sans cesse « les marges au centre ». Ces rendez-vous sont dédiés aux 35 ans de sa carrière, avec comme fil rouge : qu’est-ce qui fait poésie au quotidien, ou lors d’accompagnement d’autistes ou d’enfants atteints de troubles du développement ?

Pipo Gomes : concepteur d’univers sonores et régisseur son pour le théâtre, la danse, l’évènementiel. Compagnon artistique de Mara Vinadia pour Zoé Compagnie-danse.

Mara Vinadia : fondatrice du centre Mara Vinadia, oeuvrant dans le domaine de la conscience de soi par le mouvement, des bébés aux seniors, avec ou sans handicap.

En faveur de l’association CeMaVi pour le parrainage d’un enfant de 4 ans atteint d’une maladie rare handicapante.

Danse et lectures : Mara Vinadia.

Avec les complices Pipo Gomes pour la création de la bande son, Hervé Bontemps pour les poètes. Poésies, textes, musiques : Ameisen, F. Morel, Jollien, Vinadia, Etiévent, Damasio, différents poètes, trio Joubran, Bach.

 

Mar
15
jeu
« Flash Rap » – Démo par les rappeurs du Centre des Jeunes
jeudi 15 mars à 17h00 – 19h00

Le rap : la nouvelle poésie ? Dans ces tranches de vies urbaines, pas d’états d’âme ou de paroles inutiles, mais le témoignage urgent d’une jeunesse déconsidérée dans une société dépassée.

Les rappeurs abordent sans pudeur les spectres du 21ème siècle, drogue, sexualité, argent, rupture etc. En fracturant la syntaxe, en métissant le vocabulaire, en triturant la grammaire, les rappeurs arment l’expression directe de la parole urbaine, le paradis des mots que l’on assène comme des uppercuts pour rendre compte d’une réalité sociale. C’est l’essence même de leur art.

La médiation culturelle du Secteur jeunesse de la commune d’Ecublens voit l’art comme un moyen de se construire librement. Elle offre un espace où les jeunes sont créateurs et acteurs. Un espace libre dans lequel les adolescents sont acceptés tels qu’ils sont, sans attentes, à part celles qu’ils souhaitent avoir d’eux-mêmes.

 

Performance poétique : Moisson
jeudi 15 mars à 19h30

Moisson est une livre d’initiation sur la jeunesse, dans une prose poétique où le lecteur est amené à vivre une expérience corporelle du monde. Piano, lutrins : le voyage peut commencer.

Moisson, paru aux éditions Monographic en 2015, est un livre d’initiation sur la jeunesse. Chaque chapitre se déroule dans un lieu différent et tente au travers du texte de lui rendre son propre rythme ; le tout dans une prose poétique où le lecteur comme l’auditeur est amené à vivre une expérience corporelle du monde.

« Moisson. Rythmes et récits d’autres rivages » propose de feuilleter ce livre en parcourant le monde.

Un piano, deux lutrins : le voyage commence. L’auditeur est accompagné par la voix grave et inspirée du comédien d’un côté, et la voix mûre et posée de l’auteur de l’autre. Sur le vif, le pianiste improvise en grande partie pour soutenir le texte et l’accompagner avec à chaque rivage des registres variés, du classique au jazz en passant par le music- hall. Finalement, le piano donne aux voix une ampleur nouvelle dont la scène est remplie.