11/02/2018

Calendar

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page
Avr
3
mer
José-Flore Tappy et Christina Viragh lauréates du prix suisse de littérature 2019
mercredi 3 avril à 20h00

 

Rencontre et lectures avec les écrivaines José-Flore Tappy (Trás-os-Montes) et Christina Viragh (Eine dieser Nächte), lauréates des Prix suisses de littérature 2019.

La Grange à Émile accueille José-Flore Tappy et Christina Viragh, lauréates des Prix suisses de littérature 2019 pour une soirée de présentation et d’échanges. Lectures en français et en allemand.

Modération: Myriam Dätwyler. Comédien: Vincent David. Un apéritif clôturera la soirée.

Livres primés :

Trás-os-Montes, José-Flore Tappy, La Dogana, 2018.

Eine dieser Nächte Christina Viragh, Dörlemann, 2018.

Depuis 2012, l’Office fédéral de la culture décerne les Prix suisses de littérature qui récompensent des livres ayant marqué l’année littéraire. Une tournée nationale  permet aux écrivain-e-s primé-e-s de rencontrer un large public, au-delà des frontières linguistiques.

Cette année au coeur du festival, dans la Grange à Émile, ce sont deux écrivaines que nous vous invitons à découvrir: José-Flore Tappy, poétesse romande, et Christina Viragh, romancière et traductrice qui écrit en allemand et vit à Rome.

On parlera de leurs livres primés:

Trás-os-Montes désigne un lieu reculé où les gestes répétés racontent la fuite du temps, la précarité, l’essentiel. José-Flore Tappy signe ici un superbe recueil de poèmes, le 9e, dont le lyrisme puissant et sans fioritures nous emmène au gré des chemins, au plus près des gens simples.

Avec Eine dieser Nächte Christina Viragh met en scène un homme dont les histoires fascinent dangereusement les passagers qui l’entourent. En effet, tout se passe en quelques heures, le temps d’un vol de nuit…

Entrée libre.

 

  

Avr
6
sam
Welcome to Lyrical Valais : déjeuner littéraire
samedi 6 avril à 10h30

 

Déjeuner littéraire : un nuage de poésie dans votre café ?

Animé par Isabelle Falconnier, ce déjeuner bavard et gourmand propose la découverte du projet « La Feuille » imaginé par Sophie Mentha et Pierre-André Milhit, ainsi que la rencontre avec l’écrivain, musicien, et parolier Pat Genet.

Le poète Pierre-André Milhit et l’artiste Sophie Mentha ont un jour décidé de confronter leur langage. Ainsi, pendant plusieurs mois, sur les feuilles d’un même papier, il se sont écrit. Correspondance croisée, conversation poétique et visuelle, de feuilles en feuilles, les mots, dessins, pliages se sont mélangés pour aboutir au projet « La Feuille », installation à découvrir à la Médiathèque Valais du 6 avril au 31 mai 2019.

Journaliste et parolier, notamment pour le duo Aliose, Pat Genet a fondé avec le musicien Régis Savigny le groupe électrorock Ostande. En 2017, la parution de son recueil de poèmes Animal torpedo aux éditions Cousu Mouche signe ses débuts dans le monde littéraire.

 

Avr
7
dim
Café-croissants-poésie
dimanche 7 avril à 10h00

 

Le festival des Cellules poétiques vous propose un rendez-vous poétique et gourmand, avec la Société des Écrivains Valaisans.

Qu’est-ce que vous prendrez avec votre café? Un croissant et un peu de poésie.

C’est le petit-déjeuner dominical que vous proposent Cellules poétiques, la Société des Écrivains valaisans et la Libraire Solitaire.

Vous serez accueillis au coeur des vignes, dans la grange de Marie-Thérèse Chappaz à Fully, par les écrivain·e·s membres de la SEV qui vous présenteront, à cette occasion, quelques uns de leurs textes.

Et puisque la poésie passe aussi par les sens, et qu’elle relève d’un certain savoir-faire, vous pourrez déguster, les produits de Patrick Cretton, artisan boulanger (Croissant de Lune) et de Déborah Christensen, torréfactrice (Moko Coffee). A mi-parcours, troquez votre tasse contre un verre de vin de Marie-Thérèse Chappaz.

A la fin de l’événement, le bar sera ouvert pour ceux qui voudront prendre le temps d’en prendre.

Tarifs: 20.- (adultes), 15.- (tarifs réduits).

 

      

Avr
9
mar
Poétesses valaisannes, poètes québécois et musique
mardi 9 avril à 19h00

 

 

Poésie d’ici et d’ailleurs. La soirée se veut foisonnante, douce ou électrique, émouvante ou tonique.

En première partie, Torticolis et frères, éditeurs, avec convictions, coeurs et tripes, nous présente leur édition et les autrices Laure Coutaz et Anaïs Carron qui leur ont fait confiance, car : “c’est les auteurs qui permettent aux éditeurs d’exister et non le contraire”. Cellules poétiques ne dira pas le contraire de Torticolis et frères.

Merci à eux!

Laure Coutaz lira des extraits de Quand il faudra partir et Anaïs Carron, de son recueil La Griffe, deux ouvrages parus en 2018 chez Torticolis et frères.

Les autrices ne seront pas seules sur scène : Valentin Chappot les accompagnera de son Ode radiophonique au piano, qu’il émettra au fil tendre et éclectique de cette soirée qui se poursuivra en compagnie de poètes tout droit ou presque venu-e-s d’outre-Atlantique.

En effet, la tournée des poètes organisée par le Festival de Poésie de Montréal, dirigé par Isabelle Courteau, fait halte en Suisse, et notamment à Martigny.

Venez découvrir les lectures-performances de Véronique Cyr, Jean-Paul Daoust, Tristan Malavoy, Daria Malfait Colonna, Virginia Pésémapéo Bordeleau et Jean-Christope Réhel.

Tarifs : 15.- (adultes), 10.- (tarif réduit).

 

Avr
11
jeu
Michel Voïta lit José-Flore Tappy
jeudi 11 avril à 20h30

©Jérémie Voïta

 

Trás-os-Montes, poèmes (La Dogana, 2018) de José-Flore Tappy, lu par Michel Voïta : une invitation au voyage, à la rencontre des paysages et des figures de l’ombre. 

Connu entre autres pour ses lectures publiques d’œuvres littéraires, Michel Voïta porte dans l’espace des textes à première vue difficiles parce que « non spectaculaires » (Proust, Catherine Colomb, Noces de Camus, Kafka, Duras, Lenz de Büchner…).

À l’occasion du Printemps de la poésie, le comédien lira les poèmes de Trás-os-Montes comme une histoire, un chemin tracé entre la nuit et « l’heure blanche », ponctué de haltes telles des pierres pour traverser un fleuve : le corridor, le potager, l’orage, les pylônes, les tamaris, le creux…

Après plusieurs recueils parmi lesquels Terre battue, Lunaires, Hangars, José-Flore Tappy poursuit dans la voie étroite qu’elle a tracée, entre une lumière insulaire et marine, et la dureté des terres arides. Mais cette fois sa poésie se fait plus narrative, la phrase épousant les faits et gestes d’une figure de l’ombre, anonyme et sans éclat, pour en restituer la force, la détermination silencieuse. Sorte de légende paysanne, mais sans mythologie, où la relation humaine l’emporte sur le paysage.