11/02/2018

Calendar

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page
Avr
1
lun
Salves poétiques : 1er jour ! Vernissage de l’exposition SILLAGES
lundi 1 avril à 18h00

 

Le festival des Salves poétiques débutera à Morges à l’Espace 81 par l’accueil officiel des poètes et le vernissage de l’exposition Sillages.

La 3e édition du festival s’ouvrira par l’accueil officiel des poètes en présence du Syndic de Morges, M. Vincent Jaques et par le vernissage de l’exposition SILLAGES : elle présentera une douzaine d’oeuvres nées d’une collaboration entre poètes et peintres contemporains. Il s’agit d’une occasion de découvrir le dialogue fertile, les dissonances, les accords secrets entre texte poétique et art graphique. Les artistes, eux, pourront partager leur passion du geste créateur avec les huit poètes invités des Salves poétiques.

À l’occasion du vernissage de cette exposition, vous pourrez assister à des lectures par la comédienne Rita Gay, accompagnée d’Olivier Forel à l’accordéon.

Avec Laurence Verrey, poète (accueil et présentation des artistes), Rita Gay, comédienne (lecture de poèmes), et Olivier Forel (accordéon).

Suite à cette soirée d’ouverture, les événements se succéderont à Morges pendant la semaine.  Venez donc écouter les salves inouïes du poème, découvrir la ville de Morges autrement, ses rues, ses vitrines, ses caves en effervescence : huit poètes, Narcisse en scène, des jeunes, des musiciens, vont faire danser des lettres de feu devant vous durant une semaine.

Programme à consulter sur poesieenmouvement.ch et sur la page Facebook des Salves.

 

 

Avr
2
mar
Ça artificiel. L’écriture à l’épreuve de la machine
mardi 2 avril à 17h30

© Lucie de Martin

 

Une exposition à la fois interactive et immersive, présentant le travail de Jérémie Wenger, écrivain d’origine suisse établi à Londres, qui explore les rapports entre intelligence artificielle et création poétique.

À l’ère du machine learning, où les algorithmes omniprésents inspirent à la fois terreur et fascination, Jérémie Wenger se propose de questionner les possibilités encore inconnues des intelligences artificielles dans le domaine des arts. Cette réflexion le mène à penser des réseaux de neurones programmés à remanier un corpus de texte défini et à enclencher ainsi la naissance de nouveaux mots, détournements conceptuels nommés logismes. Dans cette exposition, le spectateur est invité à activer cette création artificielle poétique sur une base textuelle préexistante. Cette installation interactive qui s’insert dans un espace présentant aussi les travaux personnels de l’écrivain, pousse le regardant à s’interroger sur les frontières parfois poreuses entre la création artistique humaine et la pensée computationnelle.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le 2 avril à 17h30.

L’exposition se terminera par une table ronde le 12 avril dès 18h.

 

Avr
3
mer
Cellules poétiques 1er jour : perfo S.Corinna Bille et installation à boire.
mercredi 3 avril à 18h00

 

Venez couper le ruban aux multiples colorations de la deuxième édition des Cellules poétiques!

Un apéritif émaillé de quelques discours de circonstances, ainsi que d’une performance à six voix sur des poèmes de S. Corinna Bille, dans la Grange à Emile transformée le temps du festival en une antre poétique aux couleurs de l’auteure valaisanne: Printemps, je te bois. Bienvenue!

Ne partez pas sans faire un saut au caveau de la Grange pour goûter à l’installation Ils nous regardent, à ses multiples crus élevés par des poètes anonymes… et revenez nous faire le plaisir d’une visite à l’occasion de l’un ou l’autre des spectacles des Cellules poétiques 2019!

Entrée libre.

 

 

Avr
4
jeu
Vernissage de l’exposition : Lorand Gaspar, chirurgien et poète
jeudi 4 avril à 17h30

Lorand Gaspar à New York, 1978. © Jacqueline Gaspar

 

Cette exposition, ouverte à tous publics, présente, à travers ses poèmes et ses ouvrages, le trajet remarquable de Lorand Gaspar, chirurgien et poète, qui, toute sa vie, s’est tenu à la croisée des cultures, des sciences et des arts.

Lorand Gaspar, qui a exercé pendant 40 ans comme chirurgien, à Jérusalem et à Bethléem d’abord, puis à l’hôpital universitaire Charles-Nicolle de Tunis, a publié une œuvre poétique majeure où il fait partager son émerveillement devant toutes les formes du vivant, célébrant le désert et la mer, le mouvement des vagues ou des oiseaux aussi bien que la machinerie complexe du corps humain. Sol absolu, Judée, Egée, Patmos, Feuilles d’observation… autant de recueils poétiques qui nous font entendre la voix de ce médecin profondément humaniste.

Dès 17h30 aura lieu le vernissage de l’exposition, et suivra à 18h30 une conférence et discussions avec le public « Lorand Gaspar à l’écoute des voix du vivant ».

Avec Danièle Leclair (maître de conférences en littérature française, Centre de recherche Thalim, Université Sorbonne nouvelle), Julie Delaloye (médecin et poète), et Julien Knebusch (maître d’enseignement et de recherche, Faculté des sciences et de médecine, Chaire Médecine et Société, Université de Fribourg).

 

Nous remercions Patricia Gaspar pour le prêt des photos.

        

Avr
10
mer
Le Festival de la poésie de Montréal fait le show : 10 poètes sinon rien !
mercredi 10 avril à 18h00 – 19h30

 

Le Festival de la poésie de Montréal vous invite à une fête des mots sans précédant réunissant 10 poètes du Québec et de Suisse pour faire chanter les accents et la diversité de générations. Une occasion unique de découvrir la création poétique actuelle et de faire connaissance avec le projet PoésieGo, un parcours de podcasts diffusé numériquement dans le cadre du Printemps de la poésie.

C’est accueillis par le Duke’s à Lausanne que vous voyagerez à l’heure de l’apéritif, en toute intimité, dans ces univers créatifs et inspirés, accompagnés par des musiciens jazz talentueux : Fabien Sevilla et Xavier Nussbaum.

Avec la participation des poètes suisses : Anaïs Carron, Claire Genoux, Narcisse, Sylvain Thévoz, Bertrand Schmid, Mary-Laure Zoss.

Et des poètes québécois : Véronique Cyr, Jean-Paul Daoust, Tristan Malavoy, Virginia Pésémapéo Bordeleau.

Animation : Isabelle Courteau, directrice du Festival de poésie de Montréal.

LES POÈTES SUISSES

Claire Genoux
Claire Genoux écrit et vit à Lausanne. Parmi son œuvre, des poèmes, Saisons du corps Prix Ramuz de poésie 1999, Orpheline (2016) qui reçoit une bourse de la Fondation Pro Helvetia. Un premier roman La Barrière des peaux chez Bernard Campiche Éditeur, en 2014, puis un deuxième Lynx est paru aux Éditions Corti en 2018. Claire Genoux enseigne à l’Institut littéraire suisse à Bienne.

Narcisse
Narcisse, docteur en musicologie, a été journaliste musical et compositeur. Enfin, en 2006, il a découvert la poésie slam. En 2013, il décide de s’y consacrer à plein temps. Champion de France en 2013, il collabore avec Marc Smith, le fondateur du slam à Chicago. Il est parrain du Slam national de Madagascar en 2017, lauréat du tournoi international de Chypre en 2018. Ses textes intéressent aussi les milieux littéraires et Narcisse est parrain de la Semaine de la langue française 2015 puis invité aux Journées littéraires de Soleure 2017.

Bertrand Schmid
Né en 1975, Bertrand Schmid a suivi des études de grec ancien, d’égyptologie et de théologie. Ailleurs, aux Éditions d’autre part, a été publié en 2011. Ont suivi des nouvelles, un roman, une traduction et des poésies aux éditions L’Âge d’Homme, Samizdat et Hélice Hélas. Son dernier recueil en date, Sonnet. Soneto, est paru en édition bilingue en 2019. Les poètes maudits et les expérimentateurs du langage retiennent facilement son attention, mais il confesse également un goût certain pour l’absurde ou la science-fiction. Il enseigne actuellement le français et habite à Moudon.

Sylvain Thévoz
Sylvain Thévoz est né à Toronto en 1974. Il est anthropologue et vit à Genève où il travaille dans l’action communautaire, et poursuit un engagement politique et militant. Il est député au Grand Conseil genevois. Son premier recueil, Virer large course court, est publié aux éditions du Miel de l’Ours en 2008. Puis, il publie Poèmes pour quand j’aurai 18 ans, aux éditions Samizdat, en 2015. Son dernier recueil Rhône Blanc est publié aux éditions des Sables en 2017.

Mary-Laure Zoss
Vit entre Lausanne et le Valais, Mary-Laure Zoss a publié Le noir du ciel aux Editions Empreintes, en 2007. Aux Editions Cheyne, elle a fait paraître plusieurs titres dont Entre chien et loup jetés en 2008; Une syllabe, battant de bois en 2012 et Au soleil, haine rouée en 2014. Elle poursuit son œuvre aux éditions Pauvre erre, avec Corps graves présentant des peintures d’Odile Fix en 2018.

LES POÈTES QUÉBÉCOIS

Véronique Cyr
Née à Montréal en 1978, Véronique Cyr a complété une maîtrise en création littéraire à l’Université du Québec à Montréal et a publié La Maison sans miroir en 2006, La vie liquide en 2008, Installation du feu en 2010, puis, Force de traînée en 2013, tous chez Poètes de brousse. En 2017, elle fait paraître Forêt d’indices aux éditions Les Herbes rouges. Elle a été lauréate de la Bourse Jean-Pierre-Guay UNEQ Caisse-de-la-Culture 2014 et finaliste pour de nombreux prix, dont le Prix de poésie Radio-Canada 2013 et le prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec 2014.

Jean-Paul Daoust
Auteur prolifique, Jean-Paul Daoust a publié depuis 1976 plus d’une quarantaine d’ouvrages de poésie, deux romans et un recueil de récits intitulé Sand Bar. Il a collaboré à de nombreuses revues de poésie au Québec comme à l’étranger et a lui-même dirigé la revue Estuaire de 1993 à 2003. Chroniqueur de poésie pour Télé-Québec puis Radio-Canada jusqu’en 2002. Dandy crépusculaire, à l’écriture baroque et vibrante mêlant volontiers français et anglais, son œuvre tour à tour crue et onirique s’articule autour de la mélancolie, de la modernité et de l’homosexualité masculine. Trois poèmes majeurs jalonnent sa carrière. En 1990, il est lauréat du prix littéraire du Gouverneur général du Canada pour Cendres bleues. C’est œuvre intime qui traite avec force, et non sans acuité, d’abus sexuels commis sur un jeune enfant. L’Amérique, poème en cinémascope, publié en 1993, représente le versant plus contestataire et engagé de l’œuvre du poète. En 2012, il est récipiendaire du Prix Jaime Sabines/Gatien Lapointe pour «Poemas de Babilonia / Poèmes de Babylone». Ces dernières parutions, Le chant du Concorde (2016), Les îles de la ponctuation, œuvres visuelles de Louise Prescott (2017) et Odes radiophoniques V, (2018). Il est membre de l’Académie des lettres du Québec depuis 2016 et membre de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois.

Tristan Malavoy
Tristan Malavoy a fait paraître des poèmes, des nouvelles et des disques à la croisée de la chanson et de la littérature orale, dont L’école des vertiges (Audiogram/L’Hexagone, 2018). Il est aussi l’auteur du roman Le Nid de pierres chez Boréal en 2015, qui figure sur la liste établie par ICI Radio-Canada des « cent livres qui racontent le mieux leur époque », et de Feux de position chez Somme toute, en 2017, un recueil de ses meilleures chroniques parues dans les pages des périodiques Voir et L’Actualité. Il a tenu pendant cinq ans, à Télé-Québec, une rubrique portant sur la littérature et les arts visuels, et assure la direction de la collection Quai no 5 aux Éditions XYZ.

Virginia Pésémapéo Bordeleau
Née en Jamésie, au nord-ouest du Québec, Virginia Pésémapéo Bordeleau est une poète et une artiste multidisciplinaire, d’origine crie. En 2006, elle obtient le prix d’excellence en région remis par le Conseil des arts et lettres du Québec et la mention Télé-Québec en poésie. Elle publie un premier roman, Ourse Bleue en 2007 chez La Pleine Lune. En 2012, elle est lauréate pour le Prix littéraire de l’Abitibi-Témiscamingue. Elle a publié un recueil de poèmes chez Mémoire d’encrier, De rouge et de blanc, puis en 2013 paraît le roman L’amant du lac et en 2014, L’enfant hiver. Ses derniers recueils de poésie, Je te veux vivant, 2016, et Poésie en marche pour Sind, 2018, ont été publiés aux Éditions du Quartz.