11/02/2018

Calendar

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page
Avr
7
dim
Danse-théâtre « Saintes » et table ronde S. Corinna Bille
dimanche 7 avril à 17h00

 

Face au public, deux femmes, deux âges. Un drame bouleverse l’équilibre déjà fragile. Les personnages vacillent, tombent et se relèvent. Entre poésie, tendresse et cruauté, Saintes raconte un peu de l’histoire de nos montagnes.

Inspirée par les personnages féminins des oeuvres de Corinna Bille, Saintes est une pièce de danse-théâtre qui met en scène une tante et sa nièce dans un village au coeur des montagnes du Valais, vers la fin du XIXe siècle. L’Eglise y est alors omniprésente, et la vie y est fermement structurée par la tradition et les moeurs. Suite à un événement bouleversant, la jeune femme défie l’autorité et explore l’interdit. Elle déserte la messe et son puritanisme et se réfugie dans la nature qui, investie d’une toute autre dimension mystique, la libère, l’élève et redonne son véritable sens à l’extase.

Saintes est un voyage à travers les images, les émotions et les sensations. C’est l’histoire d’une révolte contre les carcans, d’une initiation spirituelle et d’un violent désir de vivre.

Entre danse, théâtre et chant, la pièce rend hommage à la tradition littéraire et culturelle valaisanne.

Suivi d’une table ronde autour de S. Corinna Bille.

Après une brève présentation de l’oeuvre poétique de l’écrivaine valaisanne par Céline Cerny et Pierre-François Mettan, le public est invité à dialoguer avec les artistes.

Avec Céline Cerny (autrice spécialiste de S. Corinna Bille), Pierre-François Mettan (chercheur), Aurélie Émery (autrice-compositrice-interprète), Cécile Giovannini (illustratrice), Stéphanie Lathion (artiste plasticienne et scénographe) et Faustine Moret (danseuse et comédienne).

 Tarifs: 15.- (adultes), 10.- (tarifs réduits).

 

Avr
8
lun
Jean-Pierre Luminet, de la poésie aux étoiles
lundi 8 avril à 18h00

 

Pourquoi la science passe-t-elle par des métaphores poétiques lorsqu’elle cherche à exprimer l’inconnu ? Comment dire par le langage les confins et les limites ?

Jean-Pierre Luminet, célèbre astrophysicien, a largement contribué à la connaissance de l’univers par ses travaux sur les trous noirs, la cosmologie et l’histoire des sciences.

A ses activités de scientifique il ajoute celles d’un auteur tour à tour poète, essayiste et romancier dans une œuvre protéiforme où science, histoire, musique et art sont liés. Ainsi, ses romans gravitent autour des grands noms de l’astronomie et constituent la saga des « Bâtisseurs du ciel » en 7 volumes. Son essai intitulé « Illuminations : Cosmos et Esthétique » résume bien l’ensemble de ses champs d’intérêt.

Dans cette rencontre, Jean-Pierre Luminet relatera son parcours à travers science, littérature et art, et choisira librement de développer tel ou tel thème, le fil conducteur restant la poésie qui, selon lui, tente d’explorer le double abîme du cosmos et de l’âme humaine.

Une conférence passionnante suivie d’échanges nourris par Georges Meylan, directeur du Laboratoire d’astrophysique de l’EPFL et Marc Atallah, directeur de La Maison D’ailleurs. Un événement proposé par l’EPFL et le Printemps de la poésie.

Accueil dès 17h30. Conférence et discussion à 18h.

 

  

Avr
9
mar
Jeux vidéo, poésie et imaginaires des Alpes suisses
mardi 9 avril à 20h00

 

Comment faire ressentir par interactivité la sensation de solitude et d’immensité des Alpes ? De quels héritages poétiques se nourrissent les jeux vidéo suisses ? Où se rencontrent notre expérience de la lecture et du jeu ?

Comment faire ressentir par interactivité la sensation de solitude et d’immensité des Alpes ? De quels héritages poétiques se nourrissent les jeux vidéo suisses ? Où se rencontrent notre expérience de la lecture et du jeu ? Une partie commentée sur grand écran du jeu vidéo suisse Mundaun (Hidden Fields, 2019) sera l’occasion pour le groupe d’étude sur le jeu vidéo de l’Université de Lausanne, UNIL Gamelab, d’aborder ces questions au côté de Grégoire Mayor, co-directeur du Musée d’Ethnographie de Neuchâtel. La séance sera aussi ponctuée par des lectures de textes en lien avec le sujet. Le texte récité devient le monologue intérieur de l’avatar du joueur alors qu’il arpente un terrain de jeu modélisé numériquement et offre son regard à celui des spectateurs.

Avec Grégoire Mayor, David Javet, Yannick Rochat, Isaac Pante et Nicolas Schaffter.

 

   

 

Avr
11
jeu
Écrire des chansons ? Soirée débat de la Gustav Académie
jeudi 11 avril à 19h00

©Lucien Hunziker

 

Écrire des textes de chansons à la Gustav Académie – un projet musical et bilingue. Avec le chanteur Pascal Vonlanthen, alias Gustav, et trois jeunes talents, Zoé Kressler, Pablo Rime et Yannick Oppliger, alias Cinnay.

Cette soirée vous invite à une discussion autour de la création artistique d’écriture de textes pour chansons à la Gustav Académie de Fribourg – un projet musical et bilingue – fondée par le chanteur Pascal Vonlanthen, alias Gustav, qui coache pendant douze mois de jeunes talents sélectionnés après une série d’auditions. Pour cet événement, Gustav sera accompagné de trois participants de la volée 2018 : Zoé Kressler (auteure-compositrice-interprète) et deux rappeurs Pablo Rime et Yannick Oppliger, alias Cinnay. La soirée se terminera autour de l’interprétation de quelques chansons des trois jeunes artistes fribourgeois.

Modération : Charly Veuthey et Marc Benninger. Soirée bilingue (fr/de).

 

     

Avr
12
ven
Ça artificiel : finissage de l’exposition et table ronde
vendredi 12 avril à 17h00

 

Des mondes (numériques) de l’art : écrire/exposer la poésie à l’heure des intelligences artificielles.

Une machine peut-elle peindre un tableau de maître ? Écrire un sonnet à la façon de Shakespeare ? Débattues depuis la dernière révolution industrielle, ces questions trouvent aujourd’hui, à l’heure des intelligences artificielles, de nouveaux espaces de déploiements.

Le travail de Jérémie Wenger interroge les enjeux de l’écriture poétique dans le contexte des humanités numériques. Invité dans le cadre du Printemps de la poésie 2019, il repousse les frontières de la création littéraire en proposant d’allier la sensibilité poétique aux outils du Machine Learning. Quelles approches envisager dès lors, aux plans muséologiques et esthétiques pour une telle création algorithmique ? Faut-il craindre un remplacement des poètes par les machines ? Autant de questions qui pourront être abordées avec nos invités !

La table ronde sera suivie d’un apéritif.

Avec Claus Gunti (Histoire de l’art – UNIL), Isaac Pante (Sc. du langage et de l’information – UNIL), Monica Unser (Le Cabanon – UNIL), Jérémie Wenger (Écrivain, Goldsmiths College – University of London), et Colin Pahlisch (Section de Français – UNIL).

 

Le rap est-il poétique? Une table ronde avec le rappeur Scylla avant son concert à Genève !
vendredi 12 avril à 19h00

TABLE RONDE COMPLÈTE ! 

Le rap est-il poétique ? Une table ronde réunit le rappeur belge Scylla et des spécialistes à Genève.

La table ronde à 19h est complète. Pour tout renseignement concernant la table ronde laurence.iseli@unil.ch. L’entrée se fera à l’arrière de l’Alhambra à Genève et non par la porte principale dès 18h45. Le débat est gratuit, mais les réservations pour le concert se font indépendamment sur le site du Chat Noir.

Quels liens la poésie entretient-elle avec le rap ? Pourquoi les associe-t-on souvent ? Certains rappeurs méritent-ils d’être consacrés poètes au même titre que Baudelaire ou Victor Hugo ? Dépassons les frontières établies, ouvrons les oreilles et nourrissons les réflexions.

En prologue du concert du rappeur belge Scylla à l’Alhambra, le Printemps de la poésie et Le Chat Noir vous invitent à une table ronde apéritive et joyeuse autour de ces questions avec le rappeur Scylla et des spécialistes : Stéphane Hirschi et Émilien Sermier. Un débat modéré par Christophe Gilliand, rappeur et slameur connu sous le nom de Vivace et doctorant à l’Université de Lausanne.

Scylla se range dans les rangs des rappeurs conscients, symbole d’humilité, au message universel. Il vise à toucher tout un chacun dans son for intérieur, peu importe son parcours de vie, ses origines sociales, ethniques, ses convictions ou son degré de connaissance. En 2009, première « plongée » au cœur de son univers artistique solo par l’intermédiaire d’Immersion. La descente dans ses profondeurs se poursuit en 2011 avec le projet Thermocline puis Second Souffle, pour aboutir en 2013 à Abysses. Scylla publie, en octobre 2018, son album intitulé Pleine Lune, en collaboration avec Sofiane Pamart qui l’accompagne au piano.

Stéphane Hirschi, spécialiste de la chanson française, président-fondateur du festival « Le Quesnoy en chanteurs », est professeur à l’université de Valenciennes, où il est directeur de la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines. Il a publié plusieurs ouvrages, notamment sur Brel ou sur Aragon. Il dirige aux Belles Lettres la collection « Cantologie », terme dont il est le créateur.

Émilien Sermier est Assistant à l’Université de Lausanne, Il mène une thèse sur le roman moderniste en France (1917-1930). Il a publié plusieurs articles sur des écrivains comme Apollinaire, Cendrars, Cocteau, Max Jacob ou Soupault. Parallèlement à ces recherches, ses travaux portent sur l’extension de la poésie hors du livre, en particulier dans le rap : il a ainsi fait paraître un article sur les manières dont les rappeurs se réapproprient les références littéraires (« Le rap, aux noms des poètes. De MC Solaar à Vîrus », in D. Abrechtet alii (dir.), Faire littérature. Usages et pratiques du littéraire (xixe– xxiesiècles), Lausanne : Archipel Essais, 2019 – à paraître en février).

Christophe Gilliand sous le pseudonyme de Vivace, est un rappeur/slameur actif sur la scène genevoise. Il est également vice-président de l’ASMV, Association de soutien à la Musique Vivante. Doctorant à l’Université de Lausanne, il prépare une thèse dans le domaine de la philosophie environnementale. Dans ce cadre, il s’intéresse notamment à la façon dont l’expression poétique, en ouvrant des brèches en deçà des abstractions du langage pour nous conduire vers l’intimité de notre vécu, peut renouveler notre rapport au monde et nous en offrir une expérience plus enracinée.

S’en suivra un concert de Scylla et Sofiane Pamart, programmé par le Chat Noir à l’Alhambra à Genève. Vous pourrez découvrir l’univers sombre et poétique des deux artistes.

Table ronde à 19h, concert à 21h30.

Tarifs pour le concert : 35.- (tarif plein), 29.- (tarif réduit).

Informations et réservations

 

 

           

Conférence autour du discours poétique et musical des chansons de H.F. Thiéfaine
vendredi 12 avril à 22h00

 

Vendredi 12 avril, aux environs de 22h, en bord de scène, nous vous invitons à assister à la conférence donnée par Françoise Salvan-Renucci. Une occasion unique de découvrir une analyse savoureuse, passionnante et passionnée de l’oeuvre de Thiéfaine, proposée par une fan résolue et absolue !

Les chansons de Hubert Félix Thiéfaine allient un rock puissant et énergique à une écriture poétique d’une complexité fascinante, plurilingue, multivoque et incroyablement riche de références littéraires, artistiques et philosophiques.

Françoise Salvan-Renucci, ancienne élève de l’ENS, maître de conférences habilitée à diriger des recherches à Aix Marseille Université et membre permanent du CTEL de l’Université Nice Sophia Antipolis (Université Côte d’Azur), consacre la totalité de son activité de chercheur au projet global intitulé : « inventaires dans [un] pandémonium » et « labyrinthe aux couleurs d’arc-en-ciel » : essai d’analyse du discours poétique et musical des chansons de H.F. Thiéfaine.

La série de livres réunissant les résultats de ses recherches paraîtra à partir de 2019. Ce cycle de conférences débuté en 2015 en marge des concerts du VIXI Tour XVII se poursuit désormais de façon pérenne.

Intervenant à la suite de la représentation du spectacle de Philippe Soltermann J’arriverai par l’ascenseur de 22h43 : chronique d’un fan de Thiéfaine, ce parcours dans l’univers thiéfainien détaillera les principales caractéristiques du corpus de l’auteur, soit les méandres de la polysémie plurilingue – discours à strates multiples dont au moins une érotisante inspirée de Lacan et une poétologique issue des réflexions de Barthes – et  la complexité du halo associatif – de l’Antiquité à nos jours, de l’Amérique précolombienne au Japon actuel –, en se focalisant bien sûr essentiellement sur les exemples évoqués dans le spectacle.

 

Avr
13
sam
« Traduire, accueillir », une conférence de Jean-Baptiste Para qui ouvre sur le monde !
samedi 13 avril à 14h00

 

La traduction, dans sa valeur ontologique, ouvre sur le monde et se présente comme une forme d’hospitalité. Traducteur de l’italien et du russe, Jean-Baptiste Para nous livrera ses réflexions sur sa pratique de la traduction.

Depuis Chateaubriand et Baudelaire, depuis Hölderlin, Nerval et Mallarmé, il semble bien que quelque chose du destin de la parole se soit joué de plus en plus consciemment dans la traduction. Pour nombre de poètes contemporains, l’aventure de traduire est devenue indissociable de l’expérience d’écriture. « On ne peut traduire, et pourtant on y est obligé. C’est cette impossibilité que j’aime », disait Antoine Vitez. Et il ajoutait : « On est convoqué devant le tribunal du monde à traduire. C’est presque un devoir politique, moral, cet enchaînement à la nécessité de traduire les œuvres ». En quoi la traduction d’une œuvre est-elle à chaque fois une expérience neuve ? Quelle pourrait-être la devise du traducteur ? Pourquoi la traduction peut-elle être considérée comme l’une des formes les plus nécessaires de l’hospitalité ? Ces questions et quelques autres sous-tendront un propos où se croiseront les chemins du témoignage et de la réflexion.

La rencontre prend place en ouverture du Programme Gilbert Musy.

 

Poésie et chanson ? Débat au TKM après « Ma Barbara »
samedi 13 avril à 19h00

Barbara en 1968 © Louis Joyeux / INA

 

À l’occasion du finissage du Printemps de la poésie, le TKM Théâtre Kleber Méleau à Renens et le Printemps de la poésie organisent un débat autour de la thématique de la poésie et de la chanson. Ce débat aura lieu sur scène, suite au magnifique spectacle d’Yvette Théraulaz « Ma Barbara ». Animé par le journaliste et écrivain M.Patrick Ferla, il réunira deux spécialistes et une artiste autour de la question des rapports entre poésie et chanson, en la personne de Mme Salvan Renucci, de M.Stéphane Hirschi ainsi que la comédienne et chanteuse Yvette Théraulaz.

M.Patrick Ferla – modérateur
Journaliste à la Radio suisse romande (RTS), Patrick Ferla a créé et animé les émissions culturelles Le Petit Déjeuner et Presque rien sur presque tout. Il est également l’auteur de plusieurs livres, notamment autour de figures culturelles marquantes telles que Marcel Maréchal, le clown Dimitri, Charles-Henri Favrod, Jacques Hainard ou René Gonzales.

Mme Salvan Renucci
Membre du CTEL, Centre Transdisciplinaire d’Épistémiologie de la Littérature et des Arts Vivants de l’Université Côte d’Azur (Université Nice Sophia Antipolis), Mme Salvan Renucci mène une recherche  depuis 2012 centrée sur l’oeuvre de H-F Thiéfaine. Elle y analyse le discours poétique et musical des chansons de cet artiste.

M.Stéphane Hirschi 
Spécialiste de la chanson française, président fondateur du festival « Le Quesnoy en chanson », Stéphane Hirschi est professeur à l’Université de Valencienne, où il est directeur de la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines. Il a publié plusieurs ouvrages, notamment sur Brel et sur Aragon. Il dirige aux Belles Lettres la collection « Cantologie », terme dont il est le créateur.

Mme Yvette Théraulaz
Née en 1947, Yvette Théraulaz entre au Théâtre populaire romand (TPR) dans la troupe de Charles Joris dès 1965 et participe en1974 à la création d’un collectif, à Genève, le T’Act. Au théâtre, elle a joué aussi bien dans des pièces de Walser, Claudel, Tchekhov, Ostrovsky, Dostoïevski, Lagarce, Duras ou Ibsen, et parallèlement à sa carrière théâtrale, a réalisé de nombreux spectacles de chansons, parmi lesquels Se faire un horizon (2000), À Tu et à Toi (2005), Histoires d’elles (2007), Comme un vertige (2011) et Les Années (2013).
En 2013, son parcours exemplaire a été récompensé par le prestigieux Anneau Hans Reinhart.

LE SPECTACLE  » MA BARARA  »
Ma Barbara – Conversations avec Barbara a été créée par Yvette Théraulaz à 67 ans, à l’âge même où la chanteuse française disparaissait – comme un désir de continuer symboliquement sa vie en faisant entendre son répertoire aux jeunes comme à leurs aînés. Pour réaliser ce florilège sélectif d’une quinzaine de chansons, l’artiste romande a porté son choix sur celles dont Barbara avait elle-même écrit texte et musique : de Dis quand reviendras-tu ? à Hop là

Si certaines de ces chansons « emblématiques » restent interprétées dans la veine de Barbara, d’autres sont plus librement adaptées : devenues des classiques, elles sont en effet « des pièces d’or dont on a jamais fini de rendre la monnaie », ce dont témoigne admirablement cette création sur le fil de l’émotion qui développe à loisir le thème de prédilection de celle à qui elle rend hommage : l’amour, décliné sous de multiples formes – pour un partage humaniste.

Le spectacle aura lieu du mercredi 10 au jeudi 11 avril à 19h, le vendredi 12 à 20h, le samedi 13 à 19h ainsi que le dimanche 14 à 17h30.

Informations et réservations sur le site du TKM