11/02/2018

Calendar

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page
Avr
8
lun
Jean-Pierre Luminet, de la poésie aux étoiles
lundi 8 avril à 18h00

 

Pourquoi la science passe-t-elle par des métaphores poétiques lorsqu’elle cherche à exprimer l’inconnu ? Comment dire par le langage les confins et les limites ?

Jean-Pierre Luminet, célèbre astrophysicien, a largement contribué à la connaissance de l’univers par ses travaux sur les trous noirs, la cosmologie et l’histoire des sciences.

A ses activités de scientifique il ajoute celles d’un auteur tour à tour poète, essayiste et romancier dans une œuvre protéiforme où science, histoire, musique et art sont liés. Ainsi, ses romans gravitent autour des grands noms de l’astronomie et constituent la saga des « Bâtisseurs du ciel » en 7 volumes. Son essai intitulé « Illuminations : Cosmos et Esthétique » résume bien l’ensemble de ses champs d’intérêt.

Dans cette rencontre, Jean-Pierre Luminet relatera son parcours à travers science, littérature et art, et choisira librement de développer tel ou tel thème, le fil conducteur restant la poésie qui, selon lui, tente d’explorer le double abîme du cosmos et de l’âme humaine.

Une conférence passionnante suivie d’échanges nourris par Georges Meylan, directeur du Laboratoire d’astrophysique de l’EPFL et Marc Atallah, directeur de La Maison D’ailleurs. Un événement proposé par l’EPFL et le Printemps de la poésie.

Accueil dès 17h30. Conférence et discussion à 18h.

 

  

Anne Bisang et Anne Delahaye: TOUNDRA!
lundi 8 avril à 18h30

 

Alors qu’Anne Bisang lit des extraits d’oeuvres d’auteures du Grand Nord (Natasha Kanapé Fontaine et Joséphine Bacon), Anne Delahaye donne libre cours au mouvement. Une rencontre impromptue où le phrasé de l’une dialogue avec le geste de l’autre, dans la magnifique salle de lecture neuchâteloise de la BPUN.

Formée au CNSM-Lyon, Anne Delahaye a travaillé avec les chorégraphes, metteurs-es en scène ou vidéastes Pauline Julier, Marco Berrettini, Nicole Seiler, Yan Duyvendack, Philippe Saire, Massimo Furlan, Marielle Pinsard, Christophe Jaquet, Christian Geoffroy- Schlittler, Jean-François Duroure et Isabelle Schad. En 2008, elle fonde avec Nicolas Leresche la Ciedegenève.

Directrice artistique du TPR depuis 2013, Anne Bisang se consacre essentiellement à la mise en scène du répertoire contemporain. A la Comédie de Genève qu’elle dirige de 1999 à 2011, elle monte des pièces du tournant du siècle, en portant une attention particulière aux auteures féminines. Femmes qu’elle met en lumière dans un engagement sans faille.

 

Danse-théâtre « Saintes » + Bille et Chappaz : correspondance amoureuse
lundi 8 avril à 19h00

 

Pour cette journée poétique à Martigny, retrouvez la pièce de danse-théâtre Saintes, pour un voyage à travers les images, les émotions et les sensations. Suivi d’une lecture des correspondances amoureuses entre Corinna Bille & Maurice Chappaz (1942/1943), où vous découvrirez leur amour hors normes.

Inspirée par les personnages féminins des oeuvres de Corinna Bille, Saintes est une pièce de danse-théâtre qui met en scène une tante et sa nièce dans un village au coeur des montagnes du Valais, vers la fin du XIXe siècle. L’Église y est alors omniprésente, et la vie y est fermement structurée par la tradition et les moeurs. Suite à un événement bouleversant, la jeune femme défie l’autorité et explore l’interdit. Elle déserte la messe et son puritanisme et se réfugie dans la nature qui, investie d’une toute autre dimension mystique, la libère, l’élève et redonne son véritable sens à l’extase. Entre danse, théâtre et chant, la pièce rend hommage à la tradition littéraire et culturelle valaisanne.

Maurice Chappaz et Corinna Bille ont vécu un amour «hors normes» en décidant ensemble d’un mode de fonctionnement différent de la majorité. Ils ont fait le choix de vivre à «bonne distance» pour ne pas oublier l’écriture qui était leur moteur à tous les deux. Emus par leurs échanges épistolaires amoureux, nous avons eu envie de vous faire découvrir la naissance de leur histoire, leur fougue et leurs incertitudes à travers des extraits de leur correspondance choisi entre 1942 et 1943, où la jeunesse et la fraîcheur sont au rendez-vous.

Par la Compagnie Résilience et la Compagnie Tête en l’air.

Tarifs: 15.- (adultes), 10.- (tarifs réduits).

 

Rencontre avec Cécile Coulon, auteure-phénomène
lundi 8 avril à 19h30

©Ephraim Added

 

A chacun ses racines poétiques. Rencontre avec Cécile Coulon pour Les Ronces, premier recueil de poésie de l’auteure.

Dans le cadre du Printemps de la poésie, La Maison de Rousseau et de la littérature reçoit Cécile Coulon pour Les Ronces (éd. du Castor astral, 2018). Premier recueil de poésie de cette auteure-phénomène, Les Ronces a reçu en 2018 le prestigieux prix Apollinaire, une distinction considérée comme l’équivalent du Goncourt de la poésie.

Tout a commencé sur Facebook. Il y a environ quatre ans, Cécile Coulon décide de poster des poèmes, dans l’idée d’utiliser ce réseau social comme laboratoire littéraire et poétique. Aujourd’hui, plus de 10 000 personnes la suivent et surtout… la lisent ! Les Ronces réunit l’ensemble de ces textes postés.

Inspirée par les poètes anglophones, Cécile Coulon donne à ses poèmes une forme narrative, sans rimes, qui les apparente à des micro-nouvelles. Rares sont les escales contemplatives. Elle y raconte des histoires brèves, des histoires de vie et d’amour (filial ou amoureux), de rencontre, de désir et de rupture. Le thème de la nature traverse aussi ces textes enracinés dans la terre, écrits comme on l’on tient un journal, où le concret du quotidien côtoie des pensées intimes avec naturel.

De cette expérience d’écriture poétique, elle retire un sentiment de légèreté et de liberté, en s’étant autorisé à débarrasser autant que possible de ses codes le langage écrit. « La poésie confie l’essentiel », dit-elle.

Rencontre suivie d’un verre offert et d’une séance de dédicaces.

Réservations, renseignements à l’adresse suivante: info@m-r-l.ch, ou par téléphone au 022 310 10 28.

Tarifs: 10.- (adultes), 8.- (tarifs réduits).

 

 

Avr
9
mar
Crachoir poétique : à vous de vous exprimer !
mardi 9 avril à 12h30

 

Crachoir poétique 2 : quand les mots sortent de la bouche. 

Cette année encore, à l’occasion du Printemps de la poésie, La Grange de Dorigny vous propose un crachoir poétique. Chaque personne souhaitant participer est encouragée à préparer, pour une durée n’excédant pas 3 minutes, un poème qu’il ou elle a préalablement composé pour l’occasion. Toute poésie est acceptée, qu’elle soit expérimentale, vagabonde, amoureuse, renversante, brute, accompagnée ou non d’un instrument de musique, susurrée, hurlée ou tout simplement dite.

Entrée libre.

Inscriptions sur culture@unil.ch

 

Poésie au planétarium : « Les astres des poètes »
mardi 9 avril à 19h00

 

Vous serez assis dans une chaise-longue confortable, les yeux rivés au ciel, les oreilles bercées et amusées par des textes poétiques lus à haute voix, l’esprit parachuté dans ces espaces infinis… Une expérience inédite! Laissez-vous embarquer dans un voyage où le spectacle du ciel se dévoile au rythme des mots des poètes classiques et contemporains.

L’association le Dôme et Le Lycée-Collège des Creusets vous présente une expérience poétique originale au Planétarium de Sion. Ce spectacle propose une immersion dans le monde des signes, que sont les lettres et les étoiles. Les textes poétiques, lus à haute voix, habiteront et questionneront les espaces infinis projetés sur la toile. Une expérience forte en sensations pour (re)découvrir les textes poétiques classiques et contemporains.

Le 2 avril à 19h, le 5 avril à 19h30 et le 9 avril à 19h.

Durée : 75 minutes

Tarifs : 20.- (adultes), 15.- (tarifs réduits). Réservations conseillées à l’Office de Tourisme de Sion.

Pour toute information supplémentaire, consultez le site: www.dome-sion.ch.

 

 

Poétesses valaisannes, poètes québécois et musique
mardi 9 avril à 19h00

 

 

Poésie d’ici et d’ailleurs. La soirée se veut foisonnante, douce ou électrique, émouvante ou tonique.

En première partie, Torticolis et frères, éditeurs, avec convictions, coeurs et tripes, nous présente leur édition et les autrices Laure Coutaz et Anaïs Carron qui leur ont fait confiance, car : “c’est les auteurs qui permettent aux éditeurs d’exister et non le contraire”. Cellules poétiques ne dira pas le contraire de Torticolis et frères.

Merci à eux!

Laure Coutaz lira des extraits de Quand il faudra partir et Anaïs Carron, de son recueil La Griffe, deux ouvrages parus en 2018 chez Torticolis et frères.

Les autrices ne seront pas seules sur scène : Valentin Chappot les accompagnera de son Ode radiophonique au piano, qu’il émettra au fil tendre et éclectique de cette soirée qui se poursuivra en compagnie de poètes tout droit ou presque venu-e-s d’outre-Atlantique.

En effet, la tournée des poètes organisée par le Festival de Poésie de Montréal, dirigé par Isabelle Courteau, fait halte en Suisse, et notamment à Martigny.

Venez découvrir les lectures-performances de Véronique Cyr, Jean-Paul Daoust, Tristan Malavoy, Daria Malfait Colonna, Virginia Pésémapéo Bordeleau et Jean-Christope Réhel.

Tarifs : 15.- (adultes), 10.- (tarif réduit).

 

Jeux vidéo, poésie et imaginaires des Alpes Suisses
mardi 9 avril à 20h00

 

Comment faire ressentir par interactivité la sensation de solitude et d’immensité des Alpes ? De quels héritages poétiques se nourrissent les jeux vidéo suisses ? Où se rencontrent notre expérience de la lecture et du jeu ?

Comment faire ressentir par interactivité la sensation de solitude et d’immensité des Alpes ? De quels héritages poétiques se nourrissent les jeux vidéo suisses ? Où se rencontrent notre expérience de la lecture et du jeu ? Une partie commentée sur grand écran du jeu vidéo suisse Mundaun (Hidden Fields, 2019) sera l’occasion pour le groupe d’étude sur le jeu vidéo de l’Université de Lausanne, UNIL Gamelab, d’aborder ces questions au côté de Grégoire Mayor, co-directeur du Musée d’Ethnographie de Neuchâtel. La séance sera aussi ponctuée par des lectures de textes en lien avec le sujet. Le texte récité devient le monologue intérieur de l’avatar du joueur alors qu’il arpente un terrain de jeu modélisé numériquement et offre son regard à celui des spectateurs.

Avec Grégoire Mayor, David Javet, Yannick Rochat, Isaac Pante et Nicolas Schaffter.

 

   

 

J’arriverai par l’ascenseur de 22h43 – théâtre
mardi 9 avril à 20h30

 

Nous avons tous un Thiéfaine quelque part, un rempart, une balise artistique, un compagnon d’infortune, une admiration au-delà du raisonnable pour une personne que la plupart du temps, on ne connait pas personnellement.

J’avais douze ans, un plus grand écoutait L’ascenseur de 22h43, ça a commencé ce jour-là. Ensuite j’ai découvert ses disques, ses concerts à chaque nouvelle tournée.

J’ai toujours voulu payer mes dettes, il se trouve qu’avec Hubert-Félix Thiéfaine j’ai une ardoise, c’est pourquoi j’écris ce monologue proche d’un soliloque en forme d’hommage, de reconnaissance d’avoir un jour rencontré son art !

Les chanteurs de la nouvelle génération expliquent souvent, quand un micro leur est tendu, l’impact qu’ils ont ressenti à l’écoute des albums d’Hubert-Félix Thiéfaine. Ils ont pu éventuellement lui rendre hommage avec l’album Les Fils du coupeur de joints. Moi je ne viens pas de la musique, je parle à travers le medium du théâtre. Ce texte interroge l’irrationnel de l’admirateur, le rapport au fan que je suis.

Philippe Soltermann

Le mardi 9 avril et le vendredi 12 avril à 20h30.

Le mercredi 10 avril, le jeudi 11 avril et le samedi 13 avril à 19h.

Tarifs : 25.- (adultes), 15.- (tarif réduit).

 

Avr
10
mer
Atelier-spectacle jeune public : C’est la prose (du Transsibérien)
mercredi 10 avril à 14h00

 

Un atelier pour découvrir La Prose du Transsibérien de Blaise Cendrars et la peinture de Sonia Delaunay en créant ensemble une immense fresque, lue et jouée ensuite par le comédien Vincent Held et le musicien Olivier Forel.

Inspirés par les mots de Blaise Cendrars, la peinture de Sonia Delaunay et la musique d’Olivier Forel, les poètes en herbe seront amenés à créer leurs propres poèmes. Ils et elles composeront ensemble une immense fresque poétique qui sera lue par le comédien Vincent Held en fin d’atelier. Une manière ludique de découvrir La Prose du Transsibérien.

Dès 11 ans. Atelier et goûter offerts.

Sur inscription : laboratoire@bibliomedia.ch ou par téléphone au 021.340.70.30