11/02/2018

Calendar

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page
Mar
13
lun
Anthologie printanière de la poésie romande: La Traverse du Tigre
lundi 13 mars – samedi 25 mars Journée entière

À l’occasion du Printemps de la poésie 2017, une revue française propose en supplément une anthologie de la poésie romande contemporaine. « La revue Les Carnets d’Eucharis, dirigée depuis 2008 par Nathalie Riera, publie en mars 2017, en édition annuelle, son premier numéro hors-série, La Traverse du Tigre, consacré à des poètes contemporains de Suisse romande. […] qu’en est-il de la fréquentation de la famille poétique actuelle de Suisse romande, de la connaissance des plumes féminines et masculines engagées au long cours dans la passion d’écrire ? Leur présence apparaît aujourd’hui dans ce numéro, La Traverse du Tigre, dans toute la vigueur et la diversité des écritures […]. » (Laurence Verrey, in la préface « Pour La Traverse du Tigre, ouvrir le champ », La Traverse du Tigre, Poésie Suisse romande, 2017).

 

 

EnregistrerEnregistrer

Distribution de marque-pages poétiques
lundi 13 mars – samedi 25 mars Journée entière

Distribution de marque-pages dans toutes les librairies Payot

 

 

 

 

 

 

Exposition Claire Nicole. Livre d’artiste.
lundi 13 mars – samedi 25 mars Journée entière

« En chaque mot rêve une eau vive… »

Les livres pourraient bien constituer la face cachée de l’activité créatrice de l’artiste peintre Claire Nicole. Dans cette exposition, la BCU Lausanne met en lumière la facette plus confidentielle d’une artiste qui s’exprime également par le dessin, l’estampe, le vitrail et la création de cartons de tapisserie.

Claire Nicole collabore régulièrement avec des poètes pour la réalisation de livres d’artiste. Faire des livres en intégrant au geste plastique une matière textuelle offre une grille de lecture particulièrement riche pour mieux cerner sa personnalité et sa trajectoire.

 

Exposition La poésie s’invite en médecine
lundi 13 mars – samedi 25 mars Journée entière
Sélection de poésie fribourgeoise contemporaine
lundi 13 mars – samedi 25 mars Journée entière

Avec des œuvres de poètes et poétesses fribourgeois emblématiques, parmi lesquels Pierre Voélin, Claude Luezior ou Amalita Hess.

Horaires: Lu. – ven. 08h00-22h00 ; sam. 08h00-16h00

 

 

 

 

 

Mar
16
jeu
Exposition et actions culturelles « Poèmes en paysages »
jeudi 16 mars – mardi 28 mars Journée entière

Poèmes en paysages de Géraldine Hérédia et Clothilde Staës (Le Port a jauni, 2015) : un recueil de poèmes écrits à partir de gravures et de gravures réalisées à partir de poèmes qui évoquent la sensation des corps dans la nature. Les poèmes évoquent la sensation des corps dans la nature, les gravures intègrent le corps comme un élément naturel. Ici, tout est ludique, tout fait écho au monde de l’enfance et à l’attention particulière portée aux détails du monde. Le minuscule et le gigantesque se côtoient, des animaux merveilleux apparaissent, les montages, les arbres, l’eau, les bêtes et le corps humain se confondent. Traduction en arabe : Georges Daaboul. L’exposition présente les gravures originales de Clothilde Staës, des kakemono et des enregistrements sonores des poèmes en version bilingue.

A cette occasion nous accueillerons du 16 au 18 mars Mathilde Chèvre, auteure-illustratrice, chercheuse en littérature arabe et fondatrice du Port a jauni à Marseille.

Horaires: Ma – Je  11h00-17h30, Ve 09h00-12h00. Vernissage le 16 mars à 18h30. L’exposition se tiendra jusqu’au 13 avril. A noter que dans le cadre de cette exposition, est organisé le 5 avril un atelier d’initiation à l’écriture arabe pour enfant et une lecture de contes bilingues.

 

 

 

Mar
23
jeu
Midi poétique – Poésies de l’islam non arabe (B. Auer, M. Marchetti)
jeudi 23 mars à 12h12

Avec Blain Auer (UNIL) et Melina Marchetti.

Blain Auer, professeur spécialiste des pouvoirs et des cultures en urdu viendra parler d’une tradition poétique proche de l’hindi, qui s’écrit en arabe et s’inspire des poésies en perse.
Étudiante en Lettres, Melina Marchetti remonte, à partir de son expérience personnelle, la généalogie de la poésie turque, qui se trouve à la confluence des langues et des traditions. Hybride, cette poésie évolue au gré des transformations de la langue anatolienne, vacillant entre turc, arabe, persan et français, mais aussi entre alphabet arabe et latin. Il s’agira d’entrevoir l’entrelacement entre évolution de la langue et évolution de la poésie ; par là même, l’union intime qu’elle produit entre Orient et Occident.

 

Pierre Chappuis et ses traducteurs à Zurich
jeudi 23 mars à 14h00 – 16h00

Avec Pierre Chappuis, Luzius Keller, Marisa Ottaviano, Rut Plouda

Pierre Chappuis, poète romand, l’un des « Grands de notre temps » (Neue Zürcher Zeitung), vient à Zurich présenter sa poésie, qui fait l’objet d’une traduction dans les trois langues nationales ; ses traducteurs seront également présents pour discuter de leur travail avec lui et avec le public ; un biais et une opportunité merveilleuses de découvrir les nuances d’une grande voix poétique de notre temps.

Pierre Chappuis, bekannter westschweizer Dichter, « gehört zu den Grossen unserer Zeit »(NZZ). Sein Werk wird gegenwärtig in die drei Nationalsprachen übersetzt. Der Dichter und die Übersetzer kommen nach Zürich, um ihre Arbeit gemeinsam vorzustellen und zu besprechen; eine wundervolle Art, eine grosse poetische Stimme unserer Zeit kennenzulernen.

Poésie et cinéma: autour des films de Terrence Malick
jeudi 23 mars à 16h00

Jessica Chastain dans The Tree of Life de Terrence Malick (2011)

Intervenants à la table ronde : Alain Boillat (professeur de cinéma à l’Université de Lausanne), Nadejda Magnenat (productrice, chercheurse sur la poésie et le cinéma), Antonio Rodriguez (directeur du Printemps de la poésie), Martin Rueff (professeur de littérature française UNIGE, poète).

16h00 Introduction par le prof. Alain Boillat, doyen de la Faculté des Lettres

16h10 Projection de The New World

18h30 Table ronde

19h30 Apéritif

20h30 Projection de The Tree of life.

La Cinémathèque suisse et l’Université de Lausanne consacrent une journée à la poésie au cinéma avec la projection de deux films de Terrence Malick: The New World (16h00), présenté par le professeur Alain Boillat, et The Tree of Life (20h30). Entre les deux séances, une table ronde aura lieu, suivie d’un apéritif.

À partir de The Red Thin Line (1998), le cinéaste américain donne une ampleur croissante à des séquences de célébration poétique du lien
premier au monde, notamment dans The New World, où il place notamment une saisissante prière de Pocahontas à la «Terre-Mère». Ces productions hollywoodiennes recèlent-elles une dimension «expérimentale»? La musique, le montage par association et les voix (souvent over) n’en font-ils pas des films lyriques? Malick est-il le seul à les pratiquer? Pourquoi la critique reste si partagée sur cette œuvre ?

The New World (2005) 
Virginie, 1607. T. Malick évoque les mythes fondateurs des Etats-Unis à partir des premières colonisations et de la rencontre de deux mondes. L’histoire d’amour entre le capitaine John Smith et la princesse Pocahontas devient le fil conducteur du film. Peu après une ouverture lyrique, une longue séquence poétique interrompt le récit, pour la célébration d’un monde édénique par la prière, et le réalisateur met en valeur certains procédés qu’il systématise. La musique de Wagner, la superposition des temporalités, ou encore les symboles magnifiés livrent des séquences qui s’apparentent à la poésie. Ces pratiques de montage sont-elles propres à Malick ? Comment le réalisateur transforme-t-il les rapports à l’histoire pour donner une puissance aussi bien lyrique que mythique à son film ?

The Tree of Life (2011)
Plus radicalement que ses précédents films, The Tree of Life se compose comme une oeuvre avant tout lyrique, éloignée des trames narratives. Partant de l’histoire d’une famille américaine dans les années 1950, Malick réalise des séries d’évocations de la « vie » : de ses principes à son terme. Ce film offre une illustration spectaculaire de ce qui peut tenir lieu de poésie au cinéma, sans forcément se cantonner au « cinépoème » ou aux approches expérimentales. Tout comme Kubrick dans 2001 l’Odyssée de l’espace ou encore Tarkovski, ce réalisateur nous incite à nous questionner sur ce que peut poétiquement le cinéma, notamment lorsqu’il s’éloigne du récit.

 

 

       

Elégie d’Ayer – C. Nicole et P.-A. Tâche
jeudi 23 mars à 19h00

Lecture performée en musique par Stéphane Blok et Pierre Audétat, avec Pierre-Alain Tâche et Claire Nicole

Elégie d’Ayer est la rencontre de deux artistes, l’un écrivain et l’autre peintre, qui se connaissent et s’apprécient depuis longtemps. Pierre-Alain Tâche propose à Claire Nicole un texte très personnel ; un long poème où elle décèle une forte résonance avec une série de douze lavis créés auparavant. De cette sérendipité est né le projet de livre d’artiste qui sera présenté lors de la soirée. Stéphane Blok et Pierre Audétat proposent à cette occasion une découverte en musique d’Elégie d’Ayer.