11/02/2018

Calendar

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page
Mar
17
sam
Ici on peut poéter : atelier d’écriture
samedi 17 mars à 9h00

 

Ici on peut poéter, atelier d’écriture de poésie animé par Pierre-André Milhit.

La poésie est une compagne loyale et généreuse. Laissons-nous apprivoiser et séduire. Engageons-nous sur son chemin bordé de rencontres et de découvertes. « Poétons ensemble, les mains dans le cambouis, à l’écoute de soi, allumer des rêves ».

A la Librairie du Baobab à Martigny les samedi 17 et 24 mars.

 

   

Atelier : prendre son pied avec les rimes
samedi 17 mars à 10h00 – 18h00

Atelier de poésie, entre écriture et déclamation, animé par le romancier et slameur Olivier Sillig.

Autour de la mouvance slam, la contrainte des rimes et des pieds pour stimuler notre liberté poétique, dans des jeux de dire et d’écriture rapide.
Nombre de participants limité : inscription à culture@unil.ch ou 021 692 21 27.
Stage d’écriture poétique et d’illustration
samedi 17 mars à 10h00

 

Les objets de votre enfance ont des histoires à raconter : vous les écrirez en poésie et les illustrerez.

L’atelier débutera par une mise en commun du récit d’un objet de votre enfance que vous aurez apporté. Cette étape vise à créer un climat de confiance ainsi qu’un « élastique » émotionnel propice à la créativité. Les participants, qui auront pris des notes des récits de chacun, en choisiront un pour débuter une illustration. Suivra une présentation de quelques formes de poésie contemporaine destinée à stimuler l’écriture d’un texte. Une lecture commune et un échange d’impressions terminera la première journée. La deuxième journée débutera avec une réécriture des textes de la veille, puis travail d’illustration (techniques : aquarelle, brou de noix, encre) et composition d’un « diptyque » poème-peinture.
Cet atelier se pratique sur deux jours : samedi 17 et dimanche 18 mars de 10h00 à 17h00.
Prix de l’atelier matériaux compris : 300 fr.
Attention, nombre de places limité. Stage sur inscription jusqu’au 11 mars à l’adresse atelier@atelier-magnolia.ch ou au 079 447 43 62.

Hommage à Carmelo Pluchinotta
samedi 17 mars à 10h30

Lecture en italien et en français d’extraits de l’oeuvre poétique de Carmelo Pluchinotta.

Carmelo Pluchinotta lu et revu par son fils, Fausto Pluchinotta. Les poèmes seront lus en italien par Fausto Pluchinotta et les traductions par Philippe Constantin. La lecture sera ponctuée d’extraits d’enregistrements radiophoniques originaux datant de 1955 de la voix de Carmelo Pluchinotta.

Bouche à oreille : dégustation oeno-littéraire
samedi 17 mars à 11h00

 

Ecouter le vin, déguster des textes… « Bouche à Oreille » est un projet inédit, imaginé et porté par Marie Linder, spécialiste en vins, et Mathieu Bessero-Belti, metteur en scène.

Cette dégustation de textes accompagnée de vins met non seulement en lien un vin et un texte , mais cinq auteurs de cinq pays (la Suisse, la Belgique, la France, le Cameroun et le Canada) avec cinq cépages emblématiques du Valais, ainsi que deux mondes parfois lointains, celui du V I N et du T H É ÂT R E . C’est un voyage des sens et de l’imaginaire par les mots.

Mots de l’oenologue et du poète. Fruits du travail du vigneron et de l’auteur.

Prix: 30.-/20.-

 

Un Michaux parmi mille Michaux
samedi 17 mars à 11h00

L’Espace Eclair ouvre ses portes à de nouveaux lecteurs. Au mois de mars, les enseignants sont invités à accompagner leur classe à la découverte d’un auteur peu enseigné, parce qu’il peut déconcerter : un Michaux, parmi mille Michaux…

Ce n’est pas une affaire de savoir, ni d’habitude, mais de permission. Pour que cela me parle, il faut que cela parle de moi, et il faut qu’on se parle, il faut qu’on en parle : tiens, c’est cela, mon poète ; le tien, c’est lequel ? Par où il tient, par-dessus-tête ? Montre, qu’on compare, qu’on joue, qu’on se rencontre.

Michaux s’est imposé à nous, lui qui écrivait : « il n’est pas un moi. Il n’est pas dix moi. MOI n’est qu’une position d’équilibre » (postface à Plume).
C’est son Michaux, parmi mille, que Jacques Roman donnera à entendre. Et si le même travail était mené, en amont, avec les élèves ? Pour ce faire, nous avons conçu un florilège offrant un panorama en miniature de l’œuvre de Michaux, à travers lequel chacun pourra composer un recueil personnel ; matière à échange, à comparaison, à découverte.

Ce cycle étant inscrit dans le programme de l’Espace Eclair, cinq dates publiques sont prévues, pour lesquelles il est indispensable de s’inscrire. Infos et réservation : laurencekriegergabor@gmail.com
D’autres dates sont prévues pour la venue des classes. Pour s’inscrire et pour obtenir le florilège : mathieu.depeursinge@gmail.com

 

   

L’exil, une destination sans fin
samedi 17 mars à 14h00 – 17h00

credit: Karin Mathys, pour l’OSAR

Sous une forme inédite et poétique, découvrez le jeu de rôles « Passages » de l’Organisation Suisse d’aide aux réfugiés sur la migration « forcée ». Une expérience forte, qui change le regard, et crée une résonnance avec le destin de millions de personnes aujourd’hui.

Vous êtes un habitant devant fuir son foyer pour assurer sa protection et celle de sa famille… Grâce à cette immersion dans les différentes étapes propres aux parcours d’exil, les participants vivent d’intenses émotions, qui seront accompagnées de poèmes. À l’occasion du festival, les résonances déboucheront sur la rencontre du poète Samir Tahhan, lui-même exilé, autour de la question : comment écrire de la poésie, et qu’écrire quand la réalité impose de telles épreuves ?
Avec le poète Samir Tahhan et le comédien Blaise Froidevaux. Organisé par l’OSAR et le Printemps de la poésie.

Réservez en cliquant sur ce lien :  OSAR.ch

Organisé par l’OSAR et le Printemps de la poésie.

 

Rencontre autour de la poésie de Fabio Pusterla
samedi 17 mars à 14h00

Nous vous proposons une rencontre poétique avec Fabio Pusterla, poète, essayiste, traducteur de Corinna Bille et de Philippe Jaccottet en italien et avec Mathilde Vischer, traductrice de l’anthologie de ses poèmes en français, « Pierre après pierre », paru en 2017.

14h Fabio Pusterla – lecture de poèmes, bilingue i/f.
15h Mathilde Vischer : traduire, écrire – les fonctions et les implications de la traduction chez Fabio Pusterla.
16h Fabio Pusterla : traduire Corinna Bille, suivi d’une lecture bilingue de ses oeuvres.

Lectures avec Julie Delaloye et Valentin Chappot
samedi 17 mars à 15h00

 

Lecture de poèmes par Julie Delaloye, poète, accompagnée au piano par Valentin Chappot.

 

Julie Delaloye

Originaire du Valais, elle reçoit le prix de Poésie de la Vocation de la Fondation Marcel Bleustein Blanchet (Paris) avec son premier recueil « Dans un ciel de février », aux éditions Cheyne, en 2008. En 2009, ce recueil fait partie de la 16ème Sélection Lettres Frontières 2009-2010. « Malgré la neige » est son deuxième livre publié en 2015 (Cheyne), en sélection finale du Prix Apollinaire 2016. Médecin depuis 2004, elle pratique son activité clinique en milieu hospitalier.

Valentin Chappot

Le pianiste, tout en jouant, adopte la posture de l’auditeur du morceau qu’il compose. Il se laisse emmener dans une rêverie, un imaginaire nourri de lenteur, de silence. Le balancement d’une graminée dans un sous-bois ombragé. Il n’écrit pas ses pièces avant de les jouer. Il les joue d’abord. Dès l’âge de sept ans, lors des auditions publiques, il présente des pièces qu’il intitule : « Morceaux de ma composition ». Il joue jusqu’à ce que la musique s’assoupisse, s’endorme entre ses doigts. Veilleur de nuit. Veilleur de sons. Compositeur intuitif, il se situe dans une « recherche sonore poétique ». Éclectique, Valentin Chappot compose également de la musique électronique, notamment dans Moonfi, un duo trip hop jazz. Son dernier projet est une « Ode Radiophonique à la Nature » où les paroles sages de Matthieu Ricard et Pierre Rabhi passent dans des radios posées près du public alors que de douces et mystérieuses harmonies s’échappent du piano.

 

Atelier d’écriture et d’oralité – poésie slam
samedi 17 mars à 16h00 – 19h00

 

Découvrir la diversité du slam, intégrer différentes techniques d’écriture poétique, jouer avec le rythme et la musique des mots, dire son poème en travaillant la voix, la posture, la gestuelle et les émotions.

Le slam n’est pas une nouvelle forme de poésie, ni un dérivé du rap. Le slam est un moment où la poésie est mise en scène pour la rendre vivante, accessible, et pour toucher son public. Né à Chicago dans les années 1980, le slam a donné un coup de fouet à la poésie orale. Il suit quelques règles (3 minutes maximum, pas de costume, pas de musique, pas d’accessoire) qui ont pour seul but de déshabiller le texte de tout artifice. Mais tant les thèmes traités que la manière de dire sont totalement libres. Les soirées slam sont ainsi un éloge à la diversité où se côtoient des personnes de tous âges et de tous milieux sociaux autour d’un but unique : partager leurs émotions sous forme poétique. L’objectif général des ateliers slam est de conduire chaque participant et participante à écrire un texte, avec une recherche sur la beauté de la langue autant que sur le contenu à transmettre, et d’apprendre à dire son slam de façon à émouvoir.