11/02/2018

Calendar

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page
Mar
13
lun
Anthologie printanière de la poésie romande: La Traverse du Tigre
lundi 13 mars – samedi 25 mars Journée entière

À l’occasion du Printemps de la poésie 2017, une revue française propose en supplément une anthologie de la poésie romande contemporaine. « La revue Les Carnets d’Eucharis, dirigée depuis 2008 par Nathalie Riera, publie en mars 2017, en édition annuelle, son premier numéro hors-série, La Traverse du Tigre, consacré à des poètes contemporains de Suisse romande. […] qu’en est-il de la fréquentation de la famille poétique actuelle de Suisse romande, de la connaissance des plumes féminines et masculines engagées au long cours dans la passion d’écrire ? Leur présence apparaît aujourd’hui dans ce numéro, La Traverse du Tigre, dans toute la vigueur et la diversité des écritures […]. » (Laurence Verrey, in la préface « Pour La Traverse du Tigre, ouvrir le champ », La Traverse du Tigre, Poésie Suisse romande, 2017).

 

 

EnregistrerEnregistrer

Distribution de marque-pages poétiques
lundi 13 mars – samedi 25 mars Journée entière

Distribution de marque-pages dans toutes les librairies Payot

 

 

 

 

 

 

Exposition Claire Nicole. Livre d’artiste.
lundi 13 mars – samedi 25 mars Journée entière

« En chaque mot rêve une eau vive… »

Les livres pourraient bien constituer la face cachée de l’activité créatrice de l’artiste peintre Claire Nicole. Dans cette exposition, la BCU Lausanne met en lumière la facette plus confidentielle d’une artiste qui s’exprime également par le dessin, l’estampe, le vitrail et la création de cartons de tapisserie.

Claire Nicole collabore régulièrement avec des poètes pour la réalisation de livres d’artiste. Faire des livres en intégrant au geste plastique une matière textuelle offre une grille de lecture particulièrement riche pour mieux cerner sa personnalité et sa trajectoire.

 

Exposition La poésie s’invite en médecine
lundi 13 mars – samedi 25 mars Journée entière
L’Esplanade des poètes – un jardin de poèmes
lundi 13 mars – vendredi 17 mars Journée entière


Mots et vers choisis ou composés par les élèves des écoles professionnelles de Fribourg (EPAI / EPC) seront mis en valeur sur l’espace de l’esplanade. Les promeneurs et amateurs de poésie pourront y découvrir

fenêtres enchantées et girouettes magiques
chaises et bancs en florilège
poèmes-parapluies et poèmes-papillons

 

La Bibliothèque des Arts et Métiers (BAM) participera, tout au long de la semaine, au Printemps de la poésie, proposant entre autres une exposition sur le thème de la « Poésie hier aujourd’hui et demain, ici et ailleurs ». La Bibliothèque est sise rue Derrière-les-Remparts 3, Fribourg.

 

Sélection de poésie fribourgeoise contemporaine
lundi 13 mars – samedi 25 mars Journée entière

Avec des œuvres de poètes et poétesses fribourgeois emblématiques, parmi lesquels Pierre Voélin, Claude Luezior ou Amalita Hess.

Horaires: Lu. – ven. 08h00-22h00 ; sam. 08h00-16h00

 

 

 

 

 

Mar
16
jeu
Exposition et actions culturelles « Poèmes en paysages »
jeudi 16 mars – mardi 28 mars Journée entière

Poèmes en paysages de Géraldine Hérédia et Clothilde Staës (Le Port a jauni, 2015) : un recueil de poèmes écrits à partir de gravures et de gravures réalisées à partir de poèmes qui évoquent la sensation des corps dans la nature. Les poèmes évoquent la sensation des corps dans la nature, les gravures intègrent le corps comme un élément naturel. Ici, tout est ludique, tout fait écho au monde de l’enfance et à l’attention particulière portée aux détails du monde. Le minuscule et le gigantesque se côtoient, des animaux merveilleux apparaissent, les montages, les arbres, l’eau, les bêtes et le corps humain se confondent. Traduction en arabe : Georges Daaboul. L’exposition présente les gravures originales de Clothilde Staës, des kakemono et des enregistrements sonores des poèmes en version bilingue.

A cette occasion nous accueillerons du 16 au 18 mars Mathilde Chèvre, auteure-illustratrice, chercheuse en littérature arabe et fondatrice du Port a jauni à Marseille.

Horaires: Ma – Je  11h00-17h30, Ve 09h00-12h00. Vernissage le 16 mars à 18h30. L’exposition se tiendra jusqu’au 13 avril. A noter que dans le cadre de cette exposition, est organisé le 5 avril un atelier d’initiation à l’écriture arabe pour enfant et une lecture de contes bilingues.

 

 

 

Mar
17
ven
L’Esplanade des poètes – Poèmes et contes
vendredi 17 mars à 12h15 – 13h15


A 12h15, Poésies en verre, poèmes croustillants et autres délices. Suivis dès 12h45 d’un conte sur l’Esplanade pour les plus petits, avec Adeline Mayoraz.

 

 

 

 

 

Mêler poétiquement les langues arabes et françaises, rencontre avec Mathilde Chèvre
vendredi 17 mars à 14h00

Mathilde Chèvre parlera du projet éditorial du Port a jauni, avec l’idée de « voir et entendre la langue arabe et la langue française mêlées dans un contexte poétique et artistique », et de son action auprès du jeune public, dans les écoles tout auteur de la Méditerranée.

Le Port a jauni est une maison d’édition d’albums et de poésie bilingues français-arabe pour le jeune public. Elle propose des livres illustrés qui se lisent dans les deux sens et qui font la part belle à la création contemporaine. Auteur.e.s francophones et arabophones se rencontrent, grâce au travail remarquable des traducteurs/trices et à des artistes.

Destiné aux professionnel.le.s des bibliothèques et ouvert à toute personne intéressée.

Gratuit sur inscription par courriel ou téléphone.

 

 

Rencontre avec Cléa Chopard, Carla Demierre et Marina Skalova
vendredi 17 mars à 17h00

Avec Cléa Chopard, Carla Demierre et Marina Skalova

Cléa Chopard publie ancolie commune ce printemps dans la revue L’Ours Blanc. Carla Demierre a notamment publié dans la revue L’Ours Blanc, aux éditions Héros-Limite et aux éditions Léo Scheer dans la collection Laureli. Marina Skalova vient de faire paraître Atemnot (souffle court) chez Cheyne éditeur, Prix de la Vocation en poésie.

Chacune à leur façon, entre écriture parlée et parole écrite, elles questionnent le rôle de la langue.