11/02/2018

Calendar

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page
Avr
13
sam
Correspondance
samedi 13 avril à 10h30

 

Durant quelques mois, Fanny Briand et Philippe Constantin se sont échangés des lettres, abordant de façon poétique mille et un sujets de la vie…

Durant quelques mois, chaque semaine, Fanny Briand et Philippe Constantin ont correspondu par lettres pour évoquer, poétiquement, mille et un sujets de la vie. Cette lecture est un choix de quelques extraits forts de cette correspondance. Celle-ci sera, dans le cadre du spectacle proposé, ponctuée par quelques interventions musicales afin de souligner les silences, les non-dits autant que les rêves et la rencontre de deux écritures qui se répondent parfois pour mieux se déchirer ensuite.

Entrée libre.

 

Retrouvez également Virgile Elias Gehrig aux Bains des Pâquis pour une autre lecture « Et si nous valsions encore une fois avant de mourir? » le 14 avril.

 

« Traduire, accueillir », une conférence de Jean-Baptiste Para qui ouvre sur le monde !
samedi 13 avril à 14h00

 

La traduction, dans sa valeur ontologique, ouvre sur le monde et se présente comme une forme d’hospitalité. Traducteur de l’italien et du russe, Jean-Baptiste Para nous livrera ses réflexions sur sa pratique de la traduction.

Depuis Chateaubriand et Baudelaire, depuis Hölderlin, Nerval et Mallarmé, il semble bien que quelque chose du destin de la parole se soit joué de plus en plus consciemment dans la traduction. Pour nombre de poètes contemporains, l’aventure de traduire est devenue indissociable de l’expérience d’écriture. « On ne peut traduire, et pourtant on y est obligé. C’est cette impossibilité que j’aime », disait Antoine Vitez. Et il ajoutait : « On est convoqué devant le tribunal du monde à traduire. C’est presque un devoir politique, moral, cet enchaînement à la nécessité de traduire les œuvres ». En quoi la traduction d’une œuvre est-elle à chaque fois une expérience neuve ? Quelle pourrait-être la devise du traducteur ? Pourquoi la traduction peut-elle être considérée comme l’une des formes les plus nécessaires de l’hospitalité ? Ces questions et quelques autres sous-tendront un propos où se croiseront les chemins du témoignage et de la réflexion.

La rencontre prend place en ouverture du Programme Gilbert Musy.

 

« Morsures du Jour » : spectacle poétique
samedi 13 avril à 19h00

 

« Morsures du Jour » est une création originale qui propose de découvrir l’univers poétique d’Eve-Line Berthod, fondatrice de la compagnie « Dinn! Dinn! ». Le spectacle est porté par la talentueuse comédienne valaisanne Mali Van Valenberg (Prix culturel d’encouragement de l’Etat du Valais 2017).

« Morsures du Jour » est une création originale portée par la talentueuse comédienne, Mali Van Valenberg. Les textes, en vers et en prose, annoncent un départ vers des paysages de l’absence, à la fois élémentaires et urbains, pleins d’ombres et de lumières. Dans ce voyage à la lisière de l’intime et de l’universel, alliant textes, vidéo et images, la parole devient « un falot tendu vers l’île », une manière d’être au monde et de lui résister. La scène se déploie alors comme autant de possibilités de se raconter…

Le jeudi 11 avril à 19h, le vendredi 12 avril à 20h30 et le samedi 13 avril à 19h.

Avec Mali Van Valenberg (jeu) Eve-Line Berthod (textes et concept) Simon César Forclaz (vidéo) Florence Zufferey (photo) Aurélien Cibrario (Lumière, vidéo, son) Christophe Erwein (administrateur).

 

J’arriverai par l’ascenseur de 22h43 – théâtre
samedi 13 avril à 19h00

 

Nous avons tous un Thiéfaine quelque part, un rempart, une balise artistique, un compagnon d’infortune, une admiration au-delà du raisonnable pour une personne que la plupart du temps, on ne connait pas personnellement.

J’avais douze ans, un plus grand écoutait L’ascenseur de 22h43, ça a commencé ce jour-là. Ensuite j’ai découvert ses disques, ses concerts à chaque nouvelle tournée.

J’ai toujours voulu payer mes dettes, il se trouve qu’avec Hubert-Félix Thiéfaine j’ai une ardoise, c’est pourquoi j’écris ce monologue proche d’un soliloque en forme d’hommage, de reconnaissance d’avoir un jour rencontré son art !

Les chanteurs de la nouvelle génération expliquent souvent, quand un micro leur est tendu, l’impact qu’ils ont ressenti à l’écoute des albums d’Hubert-Félix Thiéfaine. Ils ont pu éventuellement lui rendre hommage avec l’album Les Fils du coupeur de joints. Moi je ne viens pas de la musique, je parle à travers le medium du théâtre. Ce texte interroge l’irrationnel de l’admirateur, le rapport au fan que je suis.

Philippe Soltermann

Le mardi 9 avril et le vendredi 12 avril à 20h30.

Le mercredi 10 avril, le jeudi 11 avril et le samedi 13 avril à 19h.

Tarifs : 25.- (adultes), 15.- (tarif réduit).

 

Poésie et chanson ? Débat au TKM après « Ma Barbara »
samedi 13 avril à 19h00

Barbara en 1968 © Louis Joyeux / INA

 

À l’occasion du finissage du Printemps de la poésie, le TKM Théâtre Kleber Méleau à Renens et le Printemps de la poésie organisent un débat autour de la thématique de la poésie et de la chanson. Ce débat aura lieu sur scène, suite au magnifique spectacle d’Yvette Théraulaz « Ma Barbara ». Animé par le journaliste et écrivain M.Patrick Ferla, il réunira deux spécialistes et une artiste autour de la question des rapports entre poésie et chanson, en la personne de Mme Salvan Renucci, de M.Stéphane Hirschi ainsi que la comédienne et chanteuse Yvette Théraulaz.

M.Patrick Ferla – modérateur
Journaliste à la Radio suisse romande (RTS), Patrick Ferla a créé et animé les émissions culturelles Le Petit Déjeuner et Presque rien sur presque tout. Il est également l’auteur de plusieurs livres, notamment autour de figures culturelles marquantes telles que Marcel Maréchal, le clown Dimitri, Charles-Henri Favrod, Jacques Hainard ou René Gonzales.

Mme Salvan Renucci
Membre du CTEL, Centre Transdisciplinaire d’Épistémiologie de la Littérature et des Arts Vivants de l’Université Côte d’Azur (Université Nice Sophia Antipolis), Mme Salvan Renucci mène une recherche  depuis 2012 centrée sur l’oeuvre de H-F Thiéfaine. Elle y analyse le discours poétique et musical des chansons de cet artiste.

M.Stéphane Hirschi 
Spécialiste de la chanson française, président fondateur du festival « Le Quesnoy en chanson », Stéphane Hirschi est professeur à l’Université de Valencienne, où il est directeur de la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines. Il a publié plusieurs ouvrages, notamment sur Brel et sur Aragon. Il dirige aux Belles Lettres la collection « Cantologie », terme dont il est le créateur.

Mme Yvette Théraulaz
Née en 1947, Yvette Théraulaz entre au Théâtre populaire romand (TPR) dans la troupe de Charles Joris dès 1965 et participe en1974 à la création d’un collectif, à Genève, le T’Act. Au théâtre, elle a joué aussi bien dans des pièces de Walser, Claudel, Tchekhov, Ostrovsky, Dostoïevski, Lagarce, Duras ou Ibsen, et parallèlement à sa carrière théâtrale, a réalisé de nombreux spectacles de chansons, parmi lesquels Se faire un horizon (2000), À Tu et à Toi (2005), Histoires d’elles (2007), Comme un vertige (2011) et Les Années (2013).
En 2013, son parcours exemplaire a été récompensé par le prestigieux Anneau Hans Reinhart.

LE SPECTACLE  » MA BARARA  »
Ma Barbara – Conversations avec Barbara a été créée par Yvette Théraulaz à 67 ans, à l’âge même où la chanteuse française disparaissait – comme un désir de continuer symboliquement sa vie en faisant entendre son répertoire aux jeunes comme à leurs aînés. Pour réaliser ce florilège sélectif d’une quinzaine de chansons, l’artiste romande a porté son choix sur celles dont Barbara avait elle-même écrit texte et musique : de Dis quand reviendras-tu ? à Hop là

Si certaines de ces chansons « emblématiques » restent interprétées dans la veine de Barbara, d’autres sont plus librement adaptées : devenues des classiques, elles sont en effet « des pièces d’or dont on a jamais fini de rendre la monnaie », ce dont témoigne admirablement cette création sur le fil de l’émotion qui développe à loisir le thème de prédilection de celle à qui elle rend hommage : l’amour, décliné sous de multiples formes – pour un partage humaniste.

Le spectacle aura lieu du mercredi 10 au jeudi 11 avril à 19h, le vendredi 12 à 20h, le samedi 13 à 19h ainsi que le dimanche 14 à 17h30.

Informations et réservations sur le site du TKM

 

Loraine Félix / Chanson francophone
samedi 13 avril à 20h00

 

Loraine Félix, « championne dans l’art de raconter des histoires », porte un regard tour à tour espiègle et attendri sur des personnages plein d’humanité.

Les textes et l’interprétation vivante sont au coeur de ce spectacle, au cours duquel vous pourrez découvrir quelques nouveautés qui annoncent la préparation du troisième album de la chanteuse. Loraine Félix vous invite à écouter ses nouvelles et moins nouvelles chansons en toute simplicité, accompagnée par Timothée Haller au piano.

La représentation aura lieu dans le cadre du Printemps de la poésie le 12 et le 13 avril à 20h.

Informations et réservations sur le site du Théâtricul.

 

Eros en équation au fil des siècles – spectacle
samedi 13 avril à 20h31

 

Musique, poésie et amour : la Compagnie Cap’ au vent reprend les flots à l’occasion du Printemps de la poésie pour un spectacle inédit.

« Eros en équation au fil des siècles » se constitue d’un recueil de poésie en lien avec le thème de l’amour, puisées dans le répertoire de la Compagnie Cap’au Vent. Florilège enchanté, bondissant de l’exaltation aux troubles de l’amour, de la candeur à la dénonciation, la Compagnie s’amuse à interpréter quelques trésors de la littérature, entre autres française. Avec l’accordéon et la flûte, elle invite aussi la musique à s’immiscer dans les arcanes de ce sentiment débordant d’humanité.

Le théâtre de la Colombe, nid douillet pour les envolées théâtrales grâce à Sirkka et Rodolphe Clivaz, se prête à merveille pour ce partage. Soyez-y les bienvenus ! Nous vous y attendons.

Réservations recommandées, soit par téléphone au: +41 21 653 25 97 ou par email: info@theatre-colombe.ch

Francis Giauque en spectacle : « Soleil noir: opéra pour un homme seul »
samedi 13 avril à 21h00

© 2017 Pablo Fernandez.

 

Entre obscurité et lumière : hommage à Francis Giauque, par l’association Autun Fuit Hic.

La fin tragique, à 31 ans, du « poète maudit » Francis Giauque (1934-1965) a longtemps laissé sur son œuvre un voile de désespoir. Cependant, le spectacle musical créé au Centre de Culture et de Loisirs de Saint-Imier par le Duo du Zoo laisse filtrer la lumière, le rire même, dans la trajectoire revisitée du poète borderline. Soleil Noir, drame lyrique original de 65 minutes, est un paradoxal hymne à la vie : le personnage de Giauque tangue entre détresse et espérance, abattement et exaltation. Il chante, pleure, récite, parle et rit pour sortir de son silence intérieur et revenir à la surface de son œuvre. Le Duo Du Zoo salue donc, dans son spectacle musical radical aux confins de l’art et de la folie, un poète majeur de Suisse romande.

Le Duo du Zoo: Antoine Joly (voix et dramaturgie) et Johan Treichel (piano et électronique).

Du vendredi 5 avril au 6 avril à 20h, et le dimanche 7 avril à 17h au Théâtre 2.21.

Le samedi 13 avril à 21h à l’Espace culturel du Café du Soleil à Saignelégier.