11/02/2018

Calendar

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPrint this page
Avr
1
lun
Rencontre avec Jean-Pierre Siméon
lundi 1 avril à 17h15

Poète et homme de culture

En ouverture du festival, le poète Jean-Pierre Siméon, auteur de nombreux recueils, viendra parler de son œuvre et de sa poésie. Romancier, critique littéraire, poète associé aux grands théâtres français, Jean-Pierre Siméon a dirigé pendant dix ans le Printemps des poètes et maintenant la collection Poésie/Gallimard.

Retrouvez-le dans le cadre du cours de poésie à l’UNIL (le 1er avril), ou pour une soirée spéciale à Bibliomedia (le 2 avril).

 

Salves poétiques : 1er jour ! Vernissage de l’exposition SILLAGES
lundi 1 avril à 18h00

 

Le festival des Salves poétiques débutera à Morges à l’Espace 81 par l’accueil officiel des poètes et le vernissage de l’exposition Sillages.

La 3e édition du festival s’ouvrira par l’accueil officiel des poètes en présence du Syndic de Morges, M. Vincent Jaques et par le vernissage de l’exposition SILLAGES : elle présentera une douzaine d’oeuvres nées d’une collaboration entre poètes et peintres contemporains. Il s’agit d’une occasion de découvrir le dialogue fertile, les dissonances, les accords secrets entre texte poétique et art graphique. Les artistes, eux, pourront partager leur passion du geste créateur avec les huit poètes invités des Salves poétiques.

À l’occasion du vernissage de cette exposition, vous pourrez assister à des lectures par la comédienne Rita Gay, accompagnée d’Olivier Forel à l’accordéon.

Avec Laurence Verrey, poète (accueil et présentation des artistes), Rita Gay, comédienne (lecture de poèmes), et Olivier Forel (accordéon).

Suite à cette soirée d’ouverture, les événements se succéderont à Morges pendant la semaine.  Venez donc écouter les salves inouïes du poème, découvrir la ville de Morges autrement, ses rues, ses vitrines, ses caves en effervescence : huit poètes, Narcisse en scène, des jeunes, des musiciens, vont faire danser des lettres de feu devant vous durant une semaine.

Programme à consulter sur poesieenmouvement.ch et sur la page Facebook des Salves.

 

 

Courtisanes et poétesses : de Grisélidis Réal à aujourd’hui
lundi 1 avril à 19h00

 

Pour Grisélidis Réal, la prostitution va de pair avec un art lyrique, une forme de poésie. Sa voix, sa verve, sa vitalité continuent d’étonner et d’inspirer ses lecteurs et lectrices d’aujourd’hui. D’autres prostitué-e-s suivent sa trace, prennent la plume et s’engagent en poésie comme sur les pavés. À l’occasion de cette soirée du 1er avril, lectures et discussions nous permettront de (re)découvrir cette oeuvre palpitante, et d’autres textes hors du commun qu’elle a suscités à sa suite.

« La Prostitution est un Art, un Humanisme et une Science. […] Aujourd’hui, avec le recul, je pense à ces trente ans de métier, celui de Prostituée, dite dans le beau langage « Courtisane » ou « Péripatéticienne », avec infiniment de nostalgie et de reconnaissance. […] Le corps humain habité de son âme est un instrument de musique, et la sexualité est son archet. Avec délicatesse et violence, il vibre, il atteint des sommets de volupté et d’extase. » Ainsi écrit Grisélidis Réal à la fin de sa carrière et de sa vie.

Prostituée-écrivaine : cela ne fait qu’un pour elle, qui par sa plume chatouille les conventions bourgeoises, révèle les sensualités, défend la cause des « Putes », ces « Bienfaitrices de l’humanité ». Son expérience rejaillit sur le papier avec un lyrisme singulier, avec une poésie riche de sens. Aujourd’hui, nombreux-ses sont les prostitué-e-s qui se réclament de cette littérature militante, qui font valoir une autre vision de leur métier et, tout simplement, qui écrivent. Cette soirée vous permettra de découvrir des textes poétiques de Grisélidis Réal et de jeunes travailleuses du sexe; d’explorer comment la prostitution peut être une source intarissable d’inspiration !

Un moment de discussion suivra la lecture en présence de Alice Bottarelli (doctorante sur l’humour en littérature), Yumie Volupté (travailleuse du sexe et écrivaine) et Zoé Blanc-Scuderi (sexothérapeute, membre du comité de Fleur de Pavé et co-fondatrice du site Callmetoplay).

Inscriptions sur le site SexopraxiS ou à l’adresse info@sexopraxis.ch

 

Avr
2
mar
Ça artificiel. L’écriture à l’épreuve de la machine
mardi 2 avril à 17h30

© Lucie de Martin

 

Une exposition à la fois interactive et immersive, présentant le travail de Jérémie Wenger, écrivain d’origine suisse établi à Londres, qui explore les rapports entre intelligence artificielle et création poétique.

À l’ère du machine learning, où les algorithmes omniprésents inspirent à la fois terreur et fascination, Jérémie Wenger se propose de questionner les possibilités encore inconnues des intelligences artificielles dans le domaine des arts. Cette réflexion le mène à penser des réseaux de neurones programmés à remanier un corpus de texte défini et à enclencher ainsi la naissance de nouveaux mots, détournements conceptuels nommés logismes. Dans cette exposition, le spectateur est invité à activer cette création artificielle poétique sur une base textuelle préexistante. Cette installation interactive qui s’insert dans un espace présentant aussi les travaux personnels de l’écrivain, pousse le regardant à s’interroger sur les frontières parfois poreuses entre la création artistique humaine et la pensée computationnelle.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le 2 avril à 17h30.

L’exposition se terminera par une table ronde le 12 avril dès 18h.

 

La poésie sauvera le monde ! Jean-Pierre Siméon vous expliquera comment…
mardi 2 avril à 19h00

 

A quoi sert la poésie et comment peut-elle changer le monde? Discussion avec Jean-Pierre Siméon.

A partir de son essai-manifeste La poésie sauvera le monde (Le Passeur Editeur, 2015), l’écrivain, critique et dramaturge français Jean-Pierre Siméon invite le public à se questionner sur la place de la poésie dans la société. En quoi est-elle indispensable? Quelle place a-t-elle exactement dans nos vies? L’écrivain nous dira, à l’occasion d’une discussion organisée par la Fondation Bibliomedia, pourquoi il est urgent de redonner sa vraie place à la poésie: « … chaque poème est l’occasion, pour tous sans exception, de sortir du carcan des conformismes et consensus en tous genres, d’avoir accès à une langue insoumise qui libère les représentations du réel, bref de trouver les voies d’une insurrection de la conscience ». (La poésie sauvera le monde, Le Passeur Editeur, 2015).

Entrée libre, mais inscription recommandée à l’adresse suivante: inscription@bibliomedia.ch

 

Marie-Luce Ruffieux performe : poésie orale et contemporaine !
mardi 2 avril à 19h00

 

Poï présente Marie-Luce Ruffieux : lecture performance / discussion / apéro

Marie-Luce Ruffieux (née en 1984 à Lausanne) se retournera sur ce qu’elle a écrit ces dix dernières années dans des lectures imbriquées faites de parole brute, de littérature patchwork et de chanson. Planera peut-être une légère sensation d’hypnose.

Prix libre.

 

Rákóczy / Bertholey : poésie et musique « Comme un galet qui déborde »
mardi 2 avril à 19h00

 

Un poème acoustique de Ferenc Rákóczy (lecture) et Nicolas Bertholet (musique).

Sur un poème en prose de Ferenc Rákóczy lu par l’auteur lui-même, le peintre Nicolas Bertholet improvise des séquences à la guitare qu’il injecte dans un boucleur pour obtenir des plages sonores à la fois organiques et extrêmement hypnotiques. Entre lecture et performance, « Comme un galet qui déborde » traite du problème de l’opacité et de la transparence, ainsi que de la lutte continuelle de ces deux principes dans la constitution de l’être. Cette thématique est peu à peu élargie pour explorer différents champs de la conscience, que ce soit sur le plan psychologique, moral, voire même métaphysique.

À la suite de la performance, les participants seront cordialement invités à une verrée avec les intervenants, pour un moment de partage autour de la poésie.

 

Avr
3
mer
PoésieGo ! Projet inédit de balados avec six poètes québécois et six poètes suisses
mercredi 3 avril à 14h00

 

Cette année, le Printemps de la poésie et le Festival de la poésie de Montréal s’allient pour un projet unique : comment combiner poèmes et technologie numérique. Découvrez l’ensemble du projet sur le site du Festival de la poésie de Montréal: PoésieGo!.

Développé en collaboration avec Magnéto, premier producteur de podcasts originaux en Amérique du Nord en langue française, douze balados vous feront découvrir les textes de poètes québécois et suisses, mis en lecture par trois comédiens québécois : Alexa-Jeanne Dubé, Didier Lucien et Marcel Pomerlo.

Grâce une application qui utilise la technologie NFC et les codes QR, les promeneurs pourront utiliser leur téléphone intelligent et laisser les créations sonores percer leur intimité. Un parcours situé dans le bâtiment Anthropole devant la salle 1129 de l’Université de Lausanne fera rayonner la poésie québécoise jusqu’au 13 avril 2019.

Le 10 avril, 11 poètes du Québec et de la Suisse inaugureront cette collaboration transatlantique au Duke’s à Lausanne. Vous voyagerez à l’heure de l’apéritif, en toute intimité, dans ces univers créatifs et inspirés, accompagnés par des musiciens jazz, Fabien Sevilla et Xavier Nussbaum.

 

 

Concours de poésie « Si j’avais un super-pouvoir !? » : remise des prix !
mercredi 3 avril à 16h00

 

Jusqu’au 15 février, les enfants de 6 à 10 ans ont été sollicités pour participer au concours d’écriture d’un poème sur le thème « Si j’avais un super-pouvoir !? ». Le 3 avril, les participants découvriront les lauréats.

Au programme : lecture par les jeunes auteurs des dix poèmes finalistes choisis par le Jury, annonce des lauréats, remise des prix et goûter festif avec gâteaux et sirop à gogo !

 

Promenade poétique à la rencontre de Nicolas Bouvier
mercredi 3 avril à 18h30

l’esplanade de la Fondation Martin Bodmer

© Fondation Martin Bodmer

 

Après avoir parcouru (virtuellement, en cas de pluie) quelques lieux remplis de la mémoire de Nicolas Bouvier, vous admirerez le fascinant « cahier noir » qui accompagna l’auteur-voyageur tandis qu’il écrivait L’Usage du monde.

Partons sur les traces de Nicolas Bouvier, lors de cette nocturne culturelle de la Fondation Martin Bodmer ! Rendez-vous à 18h30 sur l’esplanade de la Fondation, d’où nous cheminerons, sous la houlette experte de Sylviane Dupuis, en direction de la demeure où vécut l’écrivain, en saluant au passage l’endroit où il repose. Dans le parc de la propriété, nous lirons quelques poèmes tirés de Le Dehors et le Dedans, notamment le beau texte où il évoque ses arbres familiers, ainsi qu’un extrait de La Chambre rouge. De retour à la Fondation, nous découvrirons une pièce inédite et de grande valeur : le « cahier noir », qui accompagna Bouvier au long du périple dont est issu L’Usage du monde. Ce cahier, fraîchement mis en vitrine dans le cadre de notre exposition Uniques, permettra d’aborder la question des liens entre livre(s) et voyage, en mettant face à face deux habitants de Cologny : l’un qui est parti visiter le monde et en a tiré un livre ; l’autre qui a fait venir à lui la littérature mondiale…

Avec Sylviane Dupuis et Christophe Imperiali.